Dans la deuxième partie de cet entretien vidéo, Bernard Giraudeau revient sur l'importance de rester un malade actif et de garder un esprit critique sur les thérapies suivies. Lui-même explorateur de plusieurs voies complémentaires: yoga, méditation, hypnothérapie, il explique comment ce parcours personnel de recherche permet de vivre l'épreuve de la maladie dans une certaine sérénité.

Isabelle a eu un cancer du sein il y a six ans. Diagnostic, traitements, sortie de la maladie: son mari, Bruno, raconte la façon dont il a vécu ces différentes étapes, entre angoisse indicible et amour de l'autre.

Dominique Gros, sénologue à Strasbourg, revient sur la façon dont sont vécues les mammographies, notamment lorsque le diagnostic n'est pas certain. Comment la phrase "Il n'y a rien mais il faut surveiller" est-elle être perçue par les femmes? Dominique Gros revient sur la manière dont un radiologue vit ces "zones grises" de son métier.

Après la récidive de son cancer, Anne Matalon a décidé de laisser tomber un boulot qui ne lui plaisait qu'à moitié, pour enfin faire ce qu'elle avait toujours eu envie de faire. Elle a imaginé un lieu, L'Embellie, qui regroupe un magasin et une association pour les femmes atteintes d'un cancer.

Loin des pratiques du music hall, l’hypnose thérapeutique peut aider les patients à mieux supporter certains actes chirurgicaux sous anesthésie locale, prévenir et  diminuer les douleurs chroniques,  alléger les bouffées de chaleur. Rencontre avec Elisabeth Barbier, hypnothérapeute, rattachée au centre anti-douleur de l’Institut Curie.

. Demandez dans votre hôpital s’il y a des infirmières formées à l’hypnose.

. Consultez le site de l’Institut Français d’Hypnose. Il propose un annuaire départemental des professionnels formés par ses soins.

Envie de partager votre experience ? Réagissez au sujet.

Avez-vous testé l'hypnose pour soulager la douleur ? Ou pour d'autres symptomes ? Quelle efficacité ?

Réagir sur le forum

Tine, 24 ans, professeur de théâtre et photographe, a eu une maladie de Hodgkin à l'âge de 21 ans. Elle est alertée par ses parents sur les conséquences de la chimio sur la fertilité. Commence alors un parcours du combattant auprès des médecins pour obtenir des informations, dans un premier temps, et la prise en charge de sa situation par la suite.

A la tête de l’Association Relais Juris Santé, Dominique Thirry-Borg nous explique ce qu’est une personne de confiance. Cette dernière recueille la volonté d’une personne sur la gestion de sa fin de vie et s’engage à la faire connaître dans l’hypothèse ou le malade deviendrait incapable de s’exprimer. A lire : ce que dit la loi, ce qui se passe dans la pratique, et les conseils donnés par Dominique Thirry-Borg, juriste en droit de la santé.

Nous avons eu la chance de rencontrer Bernard Giraudeau. Le comédien et écrivain, en prise avec la maladie depuis plusieurs années, revendique le statut de "malade actif". Dans la première partie de cet entretien vidéo, il explique comment la maladie l'a placé dans une optique d'éveil: éveil à soi-même, à la vie, aux autres.

Depuis quatre ans, date de sa création, l’Association Européenne de Coaching (AEC) propose des coaching gratuits pour les personnes à bas revenus. Nous avons rencontré la responsable du programme, Isabelle Demeure, fondatrice du cabinet Epheta. Selon elle, « l’idée que les personnes pendant et après un cancer ont besoin d’être accompagnées est une évidence. »

Envie de partager votre experience ? Réagissez au sujet.

Estimez-vous que le coaching peut être utile pour les malades et anciens malades?

Réagir sur le forum