J’ai lu de multiples livres sur l’alimentation anti-cancer. J’ai commencé à agrémenter tous mes plats de curcuma et de poivre noir, à manger de l’ail à gogo, des brocolis, etc… Grand bien m’en fasse mais au bout d’un moment, ca lasse. Petit à petit, la  discipline culinaire s’est lamentablement assouplie.



Retour de la crème fraiche, des yaourts, des plats sans épices. Après tout, j’étais en chimio et j’avais bien le droit de me relâcher un peu. Pause. Quelques mois plus tard, voilà ce que ca me reprend. Je sais qu’une « bonne » alimentation est un facteur important dans mes chances de guérison. Alors, je prends rendez vous avec un nutritionniste. Il m’explique qu’en suivant drastiquement le régime prescrit, certains se sont sortis de situation bien plus dramatique que la mienne.


Après m’avoir longuement interrogée sur mes habitudes alimentaires, il sort papier et crayon. Et me déroule, sous mes yeux de plus en plus incrédules, mes prochains menus. Si les repas, déjeuner et diner, me paraissent acceptables, le petit déj est un must. Exit le pain, le beurre, la confiture, etc, mais une mixture confinant à la bouillie, à base d’épeautre (et pas n’importe laquelle, achetée dans UN magasin parisien, le seul qui vende de l’épeautre non trafiquée), mélangée à des cuillères de graines de courges, etc… Il me dresse une liste de tous les interdits, pour le coup, sans surprise car je le rappelle, j’ai déjà ingurgité nombre de livres sur le sujet !


De tout ça, je n’ai finalement pas fait grand-chose. J’y viendrai, à ces mixtures du matin, un jour. En attendant, je me suis bricolée quelques règles, il est vrai, les plus faciles. Ainsi, j’ai banni les yaourts et le lait. Mais avec les effets prématurés et sympathiques de la pré-ménopause, que vont devenir mes os ? Vont-ils s’effriter par manque de calcium, me conduisant tout droit à l’ostéoporose ? Marre marre et remarre, allez zou, aujourd’hui je transgresse tout bon sens : plaidant « coupable » mais ravie de cette horrible transgression, j’engouffre mon énorme hamburger, devant l’œil goguenard du clown mascotte de l’enseigne…


Anouchka

Commentaires : (18)

Portrait de Divona

J'ai été opérée d'un cancer du rectum en 2006 (novembre 2006 avec une poche pour 2 mois, et janvier 2007 pour la remise de continuité)
Pendant la double chimio et la radiothérapie, j'ai perdu 8kg, mais maintenant, ne pouvant plus manger de fibres (certains fruits, légumes, céréales) j'ai pris beaucoup de poids et souhaiterais en perdre? Que dois-je faire? une cure thermale?

Portrait de rania.ninare

je voulais juste savoir quels sont les aliments nécessaire pour traiter les kystes d'ovaire et merci d'avance

Portrait de Scoooop

Mais il ne faut pas baisser les bras ou se bercer d'idées reçues... Les produits laitiers contiennent beaucoup moins de calcium que le basilic par exemple : 2100mg pour 100g de basilic contre 130mg pour 100g de yaourt et je préfère nettement manger du basilic ciselé sur mes salades. Alors pour les os, pas de problème ! Il faut se documenter et analyser toutes les informations pour en tirer des lignes directrices. Quant à l'enseigne avec le clown, rien que l'odeur de gras écœurante à l'entrée et le fait d'avoir faim 30 minutes après avoir mangé un sandwich me laisse imaginer la qualité des apports nutritifs d'un menu de ce type.
Ma mère est décédée d'un cancer des bronches à l'âge de 48 ans, comme elle fumait plus d'un paquet de cigarettes par jour, consommait beaucoup d'alcool, réchauffait des conserves pratiquement à chaque repas et avait une vie sédentaire (elle utilisait sa voiture pour aller acheter ses cigarettes... 300 mètres plus loin), nous n'avons pas été réellement surpris malgré le choc émotionnel. Et il n'y avait pas de terrain génétique (mes grands-parents et arrières grands-parents maternelles étaient presque centenaires, sauf mon grand-père, fumeur et alcoolique, décédé lui-aussi d'un cancer. À l'inverse, mon père chez qui il y a des antécédents mais qui est très sportif, ne fume pas (à part un cigare de temps en temps), boit juste du vin (tous les jours par contre) n'a pas de problème de ce type, mais il est encore très jeune : 62 ans. Je pense donc que même si l'hygiène de vie n'est pas une garantie absolue contre la maladie, elle influence considérablement la santé. Après, rien n'est jamais complètement noir ou complètement blanc. Mais lire beaucoup d'ouvrages sur l'alimentation, bien vérifier les références de l'auteur pour éviter le charlatanisme constitue déjà un bon début de prise en charge de soi et de volonté de résister à la maladie. Bon courage à tous, soyez forts et déterminés !

Portrait de catherine.mahieu38490

Bonjour, je suis nouvelle sur le site et contente de l'avoir trouvé et pourtant...je suis malade depuis 2005!!!
Bon je vais essayé de faire court: j'ai eu un 'petit' cancer du sein en 2002 opéré et soigné par radiothérapie,arrêt de travail d'1 mois en tout!!! Mais... en 2005 après plusieurs pseudos gastros mon mèdecin traitant me fait faire une coloscopie dans le petit hopitâl du coin on me trouve une tumeur colorectale mal "placée" entre l'uretère et le rectum donc on m'envoie dans un "grand" hopitâl Lyonnais et là: branles bas de combat grosse chimio et ça presque sans interruption depuis et sans gros résultats!!!sauf que je suis encore là qu'en plus d'être malade je suis pénalisée financièrement puisqu'au bout de 3 ans de longue maladie, on m'a placée d'office en invalidité 2° catégorie...
Côté alimentaire mon oncologue est bien embêté pour me faire un régime cohérent en effet maintenant j'ai des métastases sur et dans la rate et dernièrement on m'a trouvé une tumeur dans le foie (calcifiée de 12.5cm et cancéreuse bien sûr), en ce qui concerne mon cancer colorectal on m'a opérée et placé un anus artificiel en 2009, donc l'oncologue en question m'a simplement dit de manger ce qui me faisait plaisir et de voir ce qui "passe" et ce qui ne "passe" pas!!! Voilà il faut que je me débrouilles avec ça et j'ai même grossi( en fait je fait du yoyo), au secours!!!

Portrait de marie christine couvidat

il est vrai que c'est compliqué de se gaver de curcuma en poudre et d'ail tous les jours. J'achète en magasin bio du curcuma en comprimé (curalgic) et de l'ail en gélules (ail extra fort).... et c'est tellement facile..... Pour les fibres, j'ai opté pour les patates douces régulièrement. Cuites à l'auto cuiseur avec leur peau, c'est si simple de recueillir la chair ensuite et d'en faire ce que l'on souhaite. Je n'en fais rien, je la mange tout simplement....

Portrait de Irène A

Je suis assez d'accord en ce qui concerne manger ce dont on a envie et manger quand on a faim... j'ai lu tous ces livres... les régimes anti-cancer sont certainement très sains... mais quand une nutritionniste m'a donné mon régime j'ai eu envie de pleurer ! D'une tous ces produits coutent très chers... et je me demande comment des malades vivant avec une pension d'invalidité pourraient se permettre ce genre de dépenses (super pas réaliste!), et de deux...manger est et doit rester un plaisir. On est souvent forcés de manger moins, et différemment...voire très peu en réalité, ce qui est accepté et surtout gardé par notre pauvre estomac...
Bref, étant limitée pour énormément d'aliments, j'ai décidé de manger neutre la plupart du temps... et de ne manger que ce que mon esprit accepte, même si je mange peu, je mange "ce que mon corps et mon esprit acceptent de manger"...
Et une fois de temps en temps...ces derniers temps plus rarement parce que j'admets que ça peut être rude (et coûteux)... je me fais plaisir! Je me fais un vrai repas avec tout ce que j'aime... bon, ça me rend malade... mais qu'est ce que ça fait du bien !!! Et définitivement, manger est un vrai plaisir... même si je le paie !
En bref...tout le monde ne peut pas suivre les types de régimes conseillés "anti-cancer"... personnellement ça me rend malade... mais il y a toujours moyen de manger à peu près correctement. L'important c'est de toujours s'écouter.
C'est mon avis de nombreuses années de maladie...
Prenez plaisir à manger et accordez vous des moments repas bonheur de temps en temps...que cela reste un plaisir et non une contrainte pesée et sous-pesée... !!!
C'est ça l'important !

Portrait de CHANTAL 94

J'ai aussi adoptée le régime anti-cancer, mais il m'arrive de me faire plaisir de temps en temps et j'ai demandé aux trois médecins qui me suivent,si je pouvais reprendre du lait de vache MAIS BIO et surtout si il sont de FRANCE,ils m'ont répoondu OK faites-vous plaisir, mais évitez tout ce qui est INDUSTRIEL. Je n'apprécie pas trop le soja mais j'en prends de temps en temps.
Pour le Calcium je mange avec une banane des graines de sésame, c'est vraiment très bon avec du riz complet également.
Je suis en rémission depuis 2002 pour le cancer le thyroide et pour le myèlome sepuis 2005.
Je pense que changer sa façon de s'alimenter contribue à supporter les traitements quotidiens, ce qui est mon cas, 6 mois par an une chimio d'entretien.
L'acupuncture et les massages aussi font du bien, cela a un coût non remboursé, mais la vie le vaut bien
Bon courage.
Amicalement.
Chantal

Portrait de fabien38

Bonjour

Après m'être fait retirer les ganglions sous les bras de chaque coté (mélanome), j'ai commencé une chimio car il s'est métastasé.
J'ai aussi lu le livre de DSS et celui de Yann Rougier.
Je vous recommande ce second livre, moins médiatisé (plus récent), mais qui donne des petites astuces pour mieux gérer le traitement, il y a l'alimentation, bien sûr, mais aussi la respiration, la psycho-somatique (ce que l'on nommait l'auto-suggestion, me semble t'il) et d'autre techniques.
La différence avec DSS, c'est que Yann Rougier, neuro-psy, n'a pas eu de cancer, cependant, il nous donne ses conclusions sur ses 30 années d'exercice et d'observation.
Lui aussi ne cherche pas à imposer ou ne donne pas des astuces couteuses, il ne fait que conseiller, et son régime alimentaire est très tolérant, en gros, on peut manger de tout, si on l'accompagne correctement.
Pour le curcuma, mon diététicien me l'a donné en comprimé, le Dolupérine, qui contient d'office le curcuma, le poivre qui démultiplie l'effet du curcuma et du gingembre. Dans 2 comprimés de Doluperine (prise quotidienne), il y a l'équivalent d'un demi flacon d'épice!!!! Comme quoi, malgré ce que l'on mets dans les plats, on est bien loin d'une dose équivalente!
On ne rattrape pas toute une vie sans curcuma en s'y mettant à 40 ans!.

Portrait de DOMINGO DA SILVA

Je ne sais quoi manger.Je viens d'apprendre que le lait est néfaste pour le cancer de la prostate. Je me croyais guéri et voilà que ça recommence plus fort qu'avant. D'aucun disent que le soja est recommandé, pour d'autres c'est le contraire.
La nutrition est vraiment un problème.
SI QUELQU'UN PEUT M'AIDER!!!!

Portrait de MarieLC

Je suis diététicienne, et farouchement contre les régimes restrictifs "en prévention" .
Oui, il y a des règles de base, simples à mettre en oeuvre.
Mais non, vous priver de catégories entières d'aliments ne me semble pas la bonne solution.
Un conseil: consulter plusieurs diététiciens, vous finirez par trouver vos repères personnels parmis tous les conseils donnés.

Portrait de Claudius

Bonjour tout le monde, je suis nouveau et j'ai besoin de tuyaux à propos de la nourriture.
J'ai un cancer du colon opéré en Aout et en chimio depuis septembre.
Deuxième protocole, le premier n'ayant eu aucun résultat positif au contraire.
Moralement bien, physiquement fatigué mais pas suffisamment pour ne pas avoir d'activités et j'en ai beaucoup.
Problème.......... impossible de trouver le bon régime alimentaire et voilà des mois que je tatonne et j'ai toujours le ventre en vrac, pas de légumes, pas de boissons gazeuses, pas plus de deux verres de vin par jour, pas de plats épicés, il semblerait que même les fruits ne soient pas bons,
Alors quoi manger ? j'ai perdu 8 kgs depuis l'opération et je me maintiens mais j' ai peur de perdre du poids si je ne trouve pas un régime qui convienne à mon état.
Help !!!!!
Si qq a une solution merci merci et merci d'avance .
Claude

Portrait de fab1974

je suis sous chimio depuis un peu plus d'un an mais j'en suis à mon deuxieme protocol.Malgré un peu de fatigue je n'esy jamais perdu l'appetit.Je crois même que j'ai tendance à compenser par la bouffe et j'ai pris 4 kg.Mais que voulez vous?J'ai toujours adoré manger, j'adore la bonne bouffe et je me fait plaisir.Je crois que dans notre situation on a bien autre chose à penser qu'a son poids et se n'est pas la nourriture qui nous guerira.J'essaie quand même de manger le mieux possible tout en me faisant plaisir à table et surtout mon remède miracle, le chocolat.

Portrait de HELENE

J'ai 62 ans, je sors d'un Cancer des ovaires. Après deux opérations, dont la deuxième dîte deuxième loock, et 6 séances de chimio. J'ai toujours combattue, en pensant que c'est moi qui sortirait vainqueur de cette guerre contre ce Cancer. Rien n'a été facile. Je trouve que l'après Cancer est un second combat. Actuellement, j'effectue tous mes contrôles, pour la première visite avec les chirurgiens et ancologue. Mais j'ai des problèmes de nourriture. J'ai toujours faim. J'ai grossi de 10 KG. Dois-je consulter un nutrissionniste. En sachant que même pendant les traitements lourds, je n'ai jamais perdu l'appêtit. Merci de me répondre, si quelqu'un se trouve dans mon cas, où bien me donner un conseil. Merci...

Portrait de fertiti

Je pense qu'il faut d'abord se faire plaisir. Que l'on soit en plein traitement, ou après la maladie. C'est vrai qu'il existe des aliments "anticancer", d'ailleurs je suis en train de lire le livre de David Servan-Schreiber "Anticancer". Au début, j'avais envie de complètement changé mon alimentation, car à part le thé vert que je bois depuis plusieurs années, les fruits et les légumes, les aliments 'anticancer" ne faisaient pas partie de mon quotidien. Mais je me suis vite aperçue lorsque j'étais dans les rayons du supermarché, que cela me dégouttait. Du coup je n'ai rien acheté de ce que j'avais prévu. Puis quelques jours après, j'ai fait le point sur les aliments "anticancer" qui pourraient me faire du bien. J'ai commencé par le chocolat noir (au moins 70%) moi qui n'aime que le chocolat au lait, ca n'a pas été facile, alors j'ai opté pour le chocolat pâtissier( Nestlé dessert) puis par les yaourts au soja aromatisé au chocolat, à ma grande surprise c'est très bon, puis le beurre et les œufs "bio", le pain complet et le pain aux céréales. J'y vais progressivement car le fait de tout changé d'un coup peut déstabiliser voire faire peur, une fois assimilé ces aliments au quotidien on peut en "essayer un autre"...et puis surtout varié les plaisirs...Le plaisir et le bien être comptent tout autant que l'alimentation, surtout évacuer le stress et si on envie d'une bonne baguette de pain blanc, ou autres surtout ne pas résister, se faire plaisir est un des premiers "aliment anticancer". Un antistress redoutable c'est de prendre l'air en marchant par exemple, ca fait vraiment du bien.

Portrait de coralie

Moi aussi victime d'un cancer des ovaires en 2007 je me suis demandée si c'était l'air que l'on respire, la nourriture chimique que l'on avale ou un vie riche en évènement malheureux depuis l'enfance malgré ma force de caractère, ma rémission complète, mon super mariage et mon évolution dans mon travail je me demande toujours quoi faire de plus pour supportée cette ménopause mes baisses de morales et m'alimenter correctement, par quoi commencer? combien de temps encore faire semblant que tout va bien , est-ce cela l'aprés cancer? pourtant je prends un anti-dépresseur depuis plusieurs mois mais mon travail me fatigue beaucoup et j'ai envie de changer de vie professionnel, d'environnement, de tout....

coralie 40 ans

Portrait de MARIELEA

Bonjour! en ce qui me concerne, 2 ans et demi après, je garde une alimentation anticancer: pas de sucres, j'ai fait miennes ,les recettes au curcuma, j'ajoute beaucoup d'épices , d'herbes (persil, ails, oignons, thym, romarin...), bois du thé sencha au gingembre-maison... j'avais une alimentation saine avant "mon coup de tonnerre dans mon ciel azuré" et j'ai approfondi.. beaucoup moins de viandes, plus aucun laitages de supervache (ils ont été mis en cause dans les cancers de l'ovaire) , beaucoup de légumes et fruits, des céréales..j'ai découvert les algues, le soja.. en fait, ce "régime" se calque sur celui des centenaires d'Okinawa . Je reste convaincue que cela participe à la prévention .. et cela me rend actrice de ma guérison.. cependant, je ne suis pas une terroriste alimentaire.. je vais au restaurant, dine chez des amis.. pas de culpabilisation, aucune! juste que je me sens plus responsable de ma santé.. et accessoirement de la planète.
Belle journée et merci pour ce site formidable
http://vi-cto-rieuses.forumactif.com/

Portrait de danduch

Pour ma part, je crois fermement qu'une alimentation saine en combinaison des traitements est sûrement le cocktail idéal.Légumes,fruits,potéines«(pour remonter globules blanc)..Les aliments ne peuvent pas nuire,ils renforcissent le système immunitaire...On lui donne ce qu'il faut pour se remonter..
Je suis en début de chimio pour mon 2ième cancer du sein qui est métastasé...Une chose est sûre,je préfère mettre toutes les chances de mon côté...depuis 2 mois j'ai modifié mon alimentation en éliminant tous les sucres et trucs industrialisés...J'ai rajouté l'exercice.
Bien manger ,ce n'est pas un régime...On mange tout aussi ben,sauf qu'on absorbe des aliments que le cancer n'aime pas...
Mon oncologue dit que si tout les gens faisait cela,ça améliorerait la réponse aux traitements..Ç'est évident que ça ne fait pas de tords...¨Ca ne guérit pas le cancer ,mais c'est une très bonne prévention....
Le seul problème,c'est d'éduquer la société...
Je choisi de mettre toutes les chances de mon bord,même si je dois apporter des modifications dans mon régime de VIE ...C'est cela aussi se battre !!
GOGOGO!!!

Portrait de mariannelafrance

Petite anecdote: Mon oncologue m'a répondu, quand je lui ai demandé ce que je devrais manger et ne pas manger: "Mange ce que tu veux, quand t'as faim. L'important n'est pas ce que tu manges, mais que tu gardes une relation saine avec la bouffe, sans culpabilité reliée au poids ou aux aliments soi-disant "guérisseurs". Mange. Point final. Ce n'est pas la nourriture mais la chimiothérapie qui va te guérir. Marche, mange, repose-toi."

Et du coup, je mange assez bien, équilibré, moins quand j'ai la nausée, plus quand j'ai faim, et ne m'en fais pas avec les diètes-miracle.

Seule contrainte: beaucoup de fibres pour éviter les tuyaux bloqués...

Bon courage!