Bernard Giraudeau se fait à nouveau le porte-voix des malades pour poser une question toute simple: lorsqu'on change de protocole, pourquoi mettre à la poubelle des boîtes neuves de chimiothérapie?A l'heure où la lutte contre le déficit de la Sécurité Sociale est une priorité nationale, le fait de jeter des boîtes de médicaments extrêmement onéreuses semble absurde. "Un gâchis inoui", selon Bernard Giraudeau, qui s'interroge: y-aurait-il moyen de faire autrement? Pourquoi ne pas constituer une sorte de "pharmacothèque?"

(Durée vidéo: 2min02)

Sorry, you need to install flash to see this content.

 

Qu'en pensez-vous? Nous attendons vos réactions, commentaires, retours d'expérience. En parallèle, l'équipe de La Maison du cancer enquête. 

 

Pourquoi jette-t-on des boîtes neuves de médicaments?

 

 

 

 

La maison du cancer enquête

Retrouvez l'article de LMC qui répond à la question de Bernard Giraudeau : "pourquoi jette-t-on les boites neuves de médicaments?"

 

 

 

 

 

 

Retrouvez la présentation de la web émission "On ira tous à l'hôpital", et la première question posée par Bernard Giraudeau: y-aura-t-il assez d'oncologues pour nous soigner?

 

A voir aussi: le témoignage de Bernard Giraudeau:

"Gardez un esprit critique"

"Accepter la maladie sans se résigner"

"J'ai appris à écouter"

 

Commentaires : (21)

Portrait de joni4647

Bonjour
Je viens d'être confronté à ce problème, mon époux étant DCD le 30/05 d'un cancer des bronches. Je suis révoltée par ce gachis de médicaments, des boites qui n'ont pas servis, et qui coûtent un prix incroyable pour certaines. J'aurais voulu que tous ces médicaments puissent servir dans des hôpitaux, puisqu'il y a une pharmacie dans tous les hôpitaux, mais on m'a répondu que ce n'était pas possible, et que je devais les rapporter en pharmacie pour être détruits. Quand on nous dit que la sécurité sociale est en déficit, ceux qui sont à la tête ne font pas grand chose pour y remédier. Pour les compléments alimentaires qui me restaient, la pharmacie devait prendre contact avec des maisons de retraite, qui possèdent des services de soins paliatifs.
Espérons qu'ils ont servis à quelqu'un.

Portrait de bzabza

cher Bernard,
Merci de réfléchir ainsi à voix haute, malade et soignante à la fois, après avoir parlé avec mes collègues du centre anti-cancéreux où je suis soignée, j'ai décidé que les médicaments, ou pansements non utilisés, et dans leurs emballages célés iraient au centre si je n'en ai plus l'usage. Les infirmières acceptent.
C'est d'autant plus facile que mes soins et mes consultations ont lieu au même centre, proche de mon domicile.
En travaillant au fil du temps on se pose des tas de questions sur la santé en général, étant malade (de l'autre côté du miroir en quelque sorte) on s'en pose plein de nouvelles!
Nous avons envie d'être soignés au mieux et très vite cela devient une évidence qu'on ne peut pas jeter ni conserver des spécialités dont nous avons plus l'usage et qui coûtent si cher pour certaines...
Merci encore, votre partage actif à la réflexion sur les soins et leur qualités, est un apport précieux tant pour nous que pour les soignants.
Pas facile d'être des deux côtés à la fois.

Portrait de Stéphane

Bonjour,
Personnellement, je recycle systématiquement les médicaments.
Tout d'abord, je sépare les emballages en carton qui vont directement au tri prévu à cet effet. Ensuite, les emballages pelliculés, et terminés, sont stockés afin d'être ramenés en pharmacie, afin d'être détruits proprement, écologiquement et durablement. Pour terminer, je ramène mes restes de médicaments non utilisés, toujours en pharmacie.

Tout cela pose certaines contraintes et beaucoup de questions...

Tout d'abord, est-ce à nous, malades et consommateurs, d'effectuer tout ce tri? A cette question, je réponds, incontestablement, OUI. C'est une question de civisme. Un point c'est tout.Il n'y a, à mon sens, pas à attendre de la société qu'elle le fasse pour nous.
Par contre, les pharmacies devraient toutes acceptées et garantir cette collecte et même l'encourager. De cela, je ne suis malheureusement pas certain qu'elles en soient tenues.
L'État, quant à lui,devrait aussi garantir ce travail de recyclage et même s'en charger. C'est une question et de santé publique et de d'économie publique...et une manière de créer de l'emploi.

Ensuite, toujours afin de réduire les déchets, les emballages la surproduction et les coûts, je crois qu'il serait bon, pour l'État (encore Lui, c'est-à-dire NOUS)de créer, en plus des infirmier-e-s, des docteurs et autres chercheurs, des postes permettant de réduire les coûts de la production médicamenteuse...
Je m'explique...Comme le dit B. Giraudeau, pourquoi jeter des médicaments?Pourquoi en vendre par boîtes de 100 pilules ou cachets quand un patient n'a besoin que de 50 de ces mêmes pilules?Commençons par réduire le trou de la Sécurité Sociale de cette manière, on s'apercevra vite des économies possibles!
Et donc, créons des postes de fonctionnaires,des professionnels qui seraient chargés de faire la chasse au gaspillage et d'assurer le recyclage. Et pourquoi pas aussi, en amenant toutes les semaines, le lot juste et nécessaire de médicaments directement au domicile des malades. Il y a une piste à suivre en ce sens, j'en suis certain.

Pour terminer, il faut évidemment informer et éduquer coûte que coûte les gens à ce problème de recyclage et de surproduction médicamenteuse. Nos Vieux (et j'utilise ce mot avec un grand respect....pour info, je suis né en 1973)ne l'ont pas été, on voit le résultat maintenant au niveau de trou de la Sécu. La Sécu dont on dit qu'elle est seule responsable de sa mauvaise gestion et de son déficit abyssal. Ce n'est pas vrai. Alors éduquons nos jeunes et revoyons nos pratiques de consommation. Cela n'a rien d'irréversible, du moins pas encore...

Enfin, une dernière chose, exigeons du générique et faisons pression sur les industries pharmaceutiques afin qu'elles revoient leurs modes de production. La recherche, l'industrialisation et la production a un coût (encore que tout ceci a un coût parce certaines personnes l'ont décidé...),certes, mais cela ne peut plus se faire sur le dos des malades...

Comment faire pression?J'attends vos propositions....
Cordialement, Stéphane (atteint d'une tumeur cérébrale).

Portrait de nathalie77

Bonjour Mr Giraudeau,
Que vous souhaitez de plus que du courage !!! Un minimum de souffrance !! et d'être entouré le plus possible par vos proches et d'en profiter !!!
Mon père est décédé d'un cancer mais pendant 9 ans je n'ai cessé de lui dire que je l'aimais, je le traitais de con quand il ne mangeait pas (c'était pas facile), je l'emmenai travailler avec moi (sur les marchés)en prenant le maximum de précaution. Il était paraplégique et je les fait remarcher et reconduire. Mais j'étais là tout le temps !! Quand il est parti, il m'a dit quelques jours avant "je n'en peux plus laisses-moi partir" je lui ai dis oui et voilà. Il est toujours dans mon coeur et je l'aime toujours autant.
J'ai compris ensuite tout ce qu'il avait endurer mais tous ces traitements même pénible qu'il soit l'on prolonger. Ma tante est morte d'un cancer , elle est partie en 1 mois. Ma grand mère aussi. Le cancer de mon père a été diagnostiqué en 1991 et il était dans une phase critique ou ses jours été comptés. Il est décédé en 1999. J'ai vu des choses dans les hopitaux, j'ai rencontrer de grand professeur ( Prf Israel, Prf Vannetzel ...etc) mais une chose m'a toujours surprise : L'argent !!!
Tout ça c'est la France !!!!!
Pourquoi jeter plutôt que distribuer !! C'est de la finance voir de la comptabilité ! On passe cela en perte plutot que de le placer en don ......
C'est triste mais en 10 ans cela a empiré.
La médecine a fait beaucoup d'effort au fil des années même sur le cancer. Est-ce dû à nos dons ou a des professionnels !! Pourquoi les grands chercheurs ne vont pas en France ? Tous les dons vont-ils vraiment ou nous voulont qu'ils ailles !!!!
Un exemple qui n'a rien à voir avec la maladie mais elle fait réfléchir pour beaucoup de choses : La journée de solidarité, on doit travailler 7 heures pour les personnes agées mais il y a seulement 20 minutes qu'ils leurs reviennent réellement !!!
Un autre exemple : Une riche africaine est venue en France pour lancer un concept révolutionnaire. Rendre l'eau potable partout avec des produits naturels. En France, Barrage !!! Elle est allée en Allemagne, ça marche et elle est aux Etats Unis pour faire la même chose !!!
On est dans un système de procédure, de rentabilité ou tout le monde essaye de frauder pour s'en sortir. Que faire ?? Survivre ? Et la maladie dans tout ça , elle est là et toujours là. Le cancer est présent et s'emplifie par la pollution, le tabac ..etc. Mais c'est la crise, il faut sauver la grèce alors qu'on a de plus en plus de sdf !!! Les restos de coeur sont de plus en plus sollicités !!! Ou vas t-on ?
L'argent, le pouvoir !!! c'est la France !! et la maladie gagne du terrain !!!
Bon courage et merci pour tout ce que vous faîtes !!!
Nathalie

Portrait de capana

Bonjour Bernard Giraudeau,
je vous ai vu ier soir chez Mireille Dumas et relevé cette adresse. Je vous ai trouvé vouleverssant !!! Conme toujours !!!
Vous ai toujours aimé ( depuis que suis venue a Paris) et vous aimerais toujours. Emplus, maintenant on est dans la meme "MAISON" et je me sents dejà mieux a vos cotes.
Merci de m'aidé a surmonte mon cancer avec l'exemple de votre force et courage.
Vous embrase tres tres fort.

Portrait de valerie fan de bernard

Bonjour Bernard giraudeau;moi aussi je suis tout a fait d'accord de ce que vous dites;les médicaments non utilisés,doivent servir pour d'autres pays pauvres par exemples ou les rapporter en pharmacie ou comme vous dites faire une pharmacothèque,c'est une très bonne idée;les médicaments coutent très chers,et ne doivent pas etre jeter pour rien alors qu'ils peuvent servir pour d'autres personnes;
Bernard,comment allez vous en ce moment?,je vous soutiens toujours très fort,j'espère que vous allez mieux et qu'on aura de bonnes nouvelles,bon courage et aussi bon courage aux malades qui viennent dans ce site;
bisous à vous merveilleux Bernard et à tous dans ce site;

VALERIE

Portrait de davarend colette

bonsoir
oui il est vrai qu'il y a un sérieux problème de retour des medocs on se moque de nous a l'époque du recyclage a bloc on balance des médicaments qui pourraient être réutilisées !!quel gâchis dans ce pays on ferait bien d'y penser sérieusement ça c'est un sujet d'écologie très simple a comprendre merci bernard !!de votre humour a milles cinq cent balles bravos vous nous faites marrer quand même entre deux on fini par s'y perdre avec leurs euros a la noix qui sont eux aussi très chers bises a vous et gardez le bon cap on vous aime (vous etes toujours aussi beau avec votre sourire!!!

Portrait de katerine

Bonjour,

Je suis atteinte d'un cancer mais la raison pour laquelle je vous ecris et que j'ai vecu 10 ans en Angleterre et depuis 6 ans je vis aux Pays Bas. Je ne comprends pas pourquoi la France n'a toujours pas adopte la facon dont les medicaments sont delivres ailleurs en Europe. Je n'ai jamais de medicaments en trop, la pharmacie ouvre les boites de medicaments et ne vous donne que ce que le medecin vous a prescrit et en regle general, les prescriptions sont pour un mois voire deux si necessaire.

Le monopole des laboratoires pharmaceutiques ne gagne surement pas autant la ou je vis qu'en France...... mais toute ma famille a toujours ete tres bien soigne et ayant egalement ete soigne en France, je dirais que le system ou je vis est egalement beaucoup plus humain.

Katerine

Portrait de dragon9529

oui monsieur giraudeau vous avez raison pourquoi virer des médicaments non utilisés , mieux vous avez besoin d'un traitement sur 28 jours la boite comprend 30 cachets voir plus
pourquoi ne pas vendre le nombre exact de cachets ??
je vie issu d'une famille ou pratiquement tout le monde est décèdé d'un cancer mon grand père cancer digestif , ma grand mère cancer du colon , ma tante soeur de mon père leucémie , ma mère leucémie mon père cancer du panchréas alors oui je me sent conscerné par cette maladie ,(je suis issu d'un mariage consanguin , pour revenir aux traitement ma mère a eu besoin de piqûres d'E P O qu'il fallait aller chercher a la pharmacie centrale et comme vous le dites a un moment il a fallut changer le traitement ce sont des piqûres très chères aucune pharmacie n'a voulu les reprendre elles auraient pu resservirent .
alors au moment ou l'on parle de déficit a la sécu je pense qu'il faudrait revoir les façons de faire cela économiserait quelques milliards .

Portrait de Muriel S

Bonjour à tous, je suis tout à fait d'accord avec Monsieur Bernard GIRAUDEAU (j'espère qu'il va bien), et si pour des questions d'hygiène ces boîtes de médicaments ne peuvent pas être replacées dans notre système (bien qu'elles aient déjà été maintes fois manipulées avant d'arriver dans un foyer et qu'il n'y aient pas de conditions de conservation à des températures particulières), elles pourraient profiter à des personnes vivant dans des pays défavorisés ; ça n'aiderait pas la Sécurité Sociale mais il y n'y aurait pas de gâchis ? à bientôt

Portrait de halize

pourquoi n'y a-t-il rien de mis en place? Eh! bien parce que les labos perdraient gros.
En tant qu'infirmière libérale je vois tous les jours ce gaspillage.
Par exemple un simple injection d'anti-coagulant, vendue par boite en nombre pair mais prescrite pratiquement toujours en nombre impairs (7,15 jours ou 3sem ou 45 jours) donc pour chaque traitement( et maintenant chaque intervention est suivi d'une série) il reste une injection à peu prés 6 ou 7€ multiplié par le nombre de personnes opérées en France par jour!!!..........
Sans parler des prescriptions inutiles: 10 boites de 16 pansements pour une plaie qui va guérir en quelques semaines à raison de deux pansements semaine!!! soit 80 semaines de pansement....
nous récupérons à notre niveau, ce qui nous permet parfois de faire un premier pansement avant le passage du médecin
et parfois nous faisons suivre d'un patient à l'autre lors des renouvèlements...... mais attention je ne suis pas sur que ce soit autorisé!!!
Les cabinets infirmiers sont plein de matériel de récupération et parfois nous même ne savons pas quoi en faire mais je n'ose pas dire au patient qui me donne ce qu'il lui reste:" non merci vous pouvez les jeter" quand on sait que certaines boites de pansements coutent 100€ ou presque.
Les pharmacies forcent la vente en donnant toute l'ordonnance alors qu'il est parfois évident que le patient ne va pas consommer 10 boites de compresses et si les patients conscients ne veulent pas tout prendre on leur répond: "C'est déjà facturé on ne peut pas le reprendre"
Que faire quand chacun ne voit que son petit bout de lorgnette. Le gaspillage est omniprésent dans notre système de santé.
Une petite fille en hospitalisation à domicile recevait tellement de produits d'avance des prestataire que la maison de ses parents se transformait en pharmacie où nous allions récupérer ce dont nous avions besoin!!! Le tout livré chaque semaine sans tenir compte des besoins réels mais uniquement des prévisions de besoin..... on n'a jamais manqué de quoique ce soit...... c'est là le bon côté des choses!! mais à quel cout? face à ce gaspillage on me répond qu'à l'hopital cela aurait couté beaucoup plus cher donc...... pseudo économie!!!
Des solutions je n'en ai pas vraiment. Combien couterait l'idée de la pharmatoteque? peut etre plus cher que de jeter tout simplement!
redonner dans les services pour que ces derniers redistribuent aux patients en ayant besoin
être vigilant quand on achète, mais quand on lis le témoignage de stephanie72 il y a ou s'arracher les cheveux.
Je suis pour la distribution des médicaments à l'unité. pourquoi acheter une boite de 28/30 comprimés quand une quinzaine seulement serviront?

Portrait de domi39

Cher Bernard Giraudeau,

-Je suis un nouveau venu sur le site La maison du cancer que vous m'avez fait découvrir. J'ai 62 ans, tout allait bien pour moi jusqu'au au mois d'octobre dernier: coup de fatigue, douleurs fortes au côté droit, hospitalisation, foie secondaire (une véritable peau de léopard), tumeur colorectale, chimio depuis 7 mois pour l'instant bien ciblée. Suivi par un cancérologue totalement dévoué à ses patients, entouré par une épouse et une famille présente et aimante, j'ai accepté, résigné et non révolté à mon grand étonnement, le changement radical de vie qu'implique le traitement d'un cancer. Et, je vous ai vu et entendu à la télévision (Giesbert, Mireille Dumas). Vos propos, votre témoignage, votre force, m'ont profondément touché. Mais surtout, vous avez donné un sens à ce que je cherchais confusément depuis quelques mois. Merci du fond du coeur de ce que vous faites pour nous, pour moi. Enfin, je veux espérer, en retour,que tous les témoignages de reconnaissance que vous avez reçus vous aideront à surmonter la lassitude que j'ai cru percevoir dans votre entretien à Libération.

-En ce qui concerne les médicaments et le gaspillage c'est effectivement un vrai problème pour la SS. Pour avoir passé ma vie professionnelle à l'étranger (diplomate), dans des pays en voie de développement, cela relève, moralement, du scandale.
Je pense que le ministère de la Santé pourrait être plus efficace sur cette question qu'il ne traite pas avec suffisamment de sérieux. Votre idée me plait et je la soutiens.
Dominique

Domi39

Portrait de Sonny

Moi je preconise de creer des banques de médicaments a la place des pharmacies. En gros mon idée (et je crois que ça existe ailleurs) c'est de vendre les médicaments a l'unité afin de ne pas avoir des boites a moitié vide qu'on ne fini jamais. Sinon, pour les changements de traitement moi j'ai tout donnée à l'hopital et je crois qu'ils ont réutilisé les médicaments pour leurs patients

Sonny
Ancienne compagne d'un malade décédé d'un cancer
23 ans

Portrait de sophielatourpointcom

bonsoir Modriaume Je ne suis pas fatiguée par la chimio Je l'ai refusée deux fois car trop fatiguée et je sais très néfaste pour moi ( dans mon cas ) Les médecins le savent et m'ont tjrs respectée

sophielatour.com

Portrait de sophielatourpointcom

Sincèrement je suis dans l'obligation d'être tout le temps alitée et en fauteuil roulant pour mes rares sorties Je vais chanter mes chansons au mois de juin et bientôt je veux enregistrer la vidéo de ma chanson Profil Est-ce que quelqu'un a de quoi me filmer ? mon site sophielatour.com

sophielatour.com

Portrait de sophielatourpointcom

Si je ne prends pas un médicament je donne ce médicament au médecin tout simplement Je n'aime pas gâcher Déjà je ne prends quasiment rien étant très allergique réellement et n'aimant pas en prendre, et étant très faible J'ai vu qu'il y avait un risque de syndrome de Steven et Johnson et de Lyell j'ai donc donné la boîte au Docteur

sophielatour.com

Portrait de modriaume

Bonjour,
je viens de lire l'article paru dans libération. Vos mots m'ont fait du bien parce que je m'y retrouve dans cette quête de vivre au final le mieux possible avec cette maladie, de chercher à s'approcher toujours plus près de moi même, qu'est ce que j'accepte, qu'est ce que je n'accepte pas ou plus. De voir ma vie comme rétrécie au fil du temps (7 années, opération du sein, métastases osseuses, 5 protocoles de chimiothérapie, des radiothérapies, ça fait un peu ancienne combattante, mais c'est pour dire un peu du chemin)et pourtant j'en ai fait des voyages, des rencontres, des aventures, des révolutions intérieures, tout ce qui du fond de ces ténébreuses douleurs donne un éclat si particulier à l'existence. Je me suis mise à la peinture, à l'écriture (j'ai même une pièce qui sera interprétée par une compagnie de théâtre amie sur le sujet ) sans pathos juste pour déposer, pour chercher, pour essayer de comprendre au travers d'une pareille existence les chemins de nos humanités.
Aujourd'hui je suis très fatiguée, j'ai choisi de ne plus faire de chimiothérapie pour ne plus toucher à mes forces de vie que je sens si ténues,un fil, et cette question quand vais je rester allongée et ne plus me relever
pas encore, pas encore, il y a encore une balade à faire, une étreinte à recevoir, mes enfants qui s'emparent de leur vie, la préciosité d'un printemps sous les grands arbres, l'observation de la nature et de la vie manifeste,
alors je reçois avec gratitude ce précieux sang qui m'est donné en transfusions régulières pour me redonner souffle.
les questions arrivent pourtant, jusqu'à quand user de ce subterfuge? y'a-t-il un moment où ma moelle osseuse refabriquera suffisamment d'hémoglobine pour me tenir debout
ou bien devrais je un moment cesser parce qu'à moi seule je ne pourrai "consommer" tout ce précieux sang utile à d'autres. Il y a toujours de nouveaux "carrefour" où il faut choisir une direction. Tant qu'on a la force et suffisamment d'amour autour et en soi.
Merci encore pour vos mots

Portrait de mayca

2008 mon concubin, cancer de prostate avec métastases osseuses, oui, changement de protocole a 5 jours d'intervalle, cause changement de médecin également,changement d'implant, la pharmacie n a jamais voulue le reprendre .Résultat 300 euros environs au dessus de l'armoire de ma cuisine.Comment est ce possible? j'étais révoltée, bien sur, mais pas encore assez forte pour me battre!!!CONTINUER!!!POSER DES QUESTIONS!!!!
CELA NOUS AIDE ET NOUS AIDERAS!!!Amitiés à vous...Carmen

Portrait de Cathie

Le fait que les boîtes de médicaments soient toujours trop pleines semble être le fait de toutes les marques pour toutes les indications. Une habitude qui fait du chiffre. Et c'est peut-être cette habitude qui devrait être bousculée : faire d'emblée des boîtes plus petites, quitte à les doubler. Pour l'instant on fait l'inverse.
Je vois mal une boîte entamée circuler. Quelles seraient les garantis sanitaires, de posologie, de sécurité, etc... ?
Ou pourquoi pas : la sécu ne rembourserait que la part nécessaire au traitement, le packaging changerait sûrement très vite de taille.

Portrait de luka0304

bonjour, je suis sincère et sincèrement je ne souhaite pas discuter avec vous pour votre notoriete mais pour votre maladie, j'ai reellement besoin d'aide. mon papa est atteint d'un cancer des poumon il a une tumeur de 27 mm et 15 mm, es 2 poumons sont atteint, apres plusieurs entretien avec notre famille un docteur nous a dit qu'il ne guerirait jamais mais qu'il peut stabiliser. on nous a aussi dit qu'il ne guerirait jamais. aujourd'hui ma priorite est d etre moi meme avec mon papa, malgré que j'ai trés mal accepte cette maladie en la gardant pour moi pendant 3 mois avant de tomber en depression, aujourd' hui je suis sous anti depresseur pour essayer d'accepter cette saleté. maintenant je voudrais essayer de comprendre ce aml qui le ronge pour etre a ces coté, la semaine derniere quand je suis allee le voir il a eu une réaction à la chimio il a fait en quelque sorte un oedeme il etait enflée sur tout le visage et son cou , je l'appele mon petit coquele pour essayer de le faire rire, (mon fils de 2 ans etait la et je sais que c'est en parti grace à lui qu'il se bat aujourd'hui), mais il se plaignait de démangeaison, je lui ai dit que c etait peut être mieux que d'avoir une trés grosse fatigue a ne pas pouvoir se deplacer uniquement pour ses besoins et manger. il ' a répondu qu il préférait cette etat de fatigue plus tot que cette reaction démangeaison et gonflement du visage. je me suis sentie maladroite mais je sais qu' il ne m'en veut pas. mais moi je veux vraiment l'aidre et etre à ses cotes le maxximum pour profiter car cette saloperie peut me l'enlever à tout moment et je sais que je le supporterais pas mais je vis avec ça. svp vous qui comprenait ce mal que les proches ne peuvent comprendre aidez moi.

Portrait de stephanie72

Pourquoi jette t-on des boites entières de médicaments?
Par grande bienveillance envers les plus faibles bien sûr...
Pour éviter qu'ils ne soient la cible d'escrocs en tout genre qui verraient là un moyen de se faire quelques sous en les revendant au marché noir en Afrique(sans jeu de mot) . Si , si c'est bien connu, les gentils avant ils envoyaient les médicaments (bon d'accord souvent la date était périmée mais bon l'important c'est d'avoir eu la volonté). Mais voilà qu'on s'est aperçu que cela générait un trafic. Ce qui est vrai dans certains cas mais peut- etre suffisait- il de s'entourer de certaines précautions pour que cela n'arrive pas. Bon ,depuis des intelligents ont réfléchi. Avant de remettre en circulation les boites de bons médicaments (enfin j'ose le croire puisque c'est ce que la médecine me prescrit), on va faire l'expérience de revendre des bons vrais vaccins. Après on verra si on peut revendre les bons vrais médicaments. Mais notons quand même que le marché du médicament surf sur la vague de la tendance du faux. Il y a donc un progrès :avant certains médicamenst étaient périmés maintenant ils sont contrefaits.
A moins que la raison soit tout autre mais tout aussi altruiste. On jette des boites entières de médicaments pour sauvegarder l'économie. Merci l'industrie pharmaceutique de produire en quantité supérieure à nos besoins . Moi j'étais très rassurée la semaine passée lorsque pour passer mon petscan je devais prendre un betabloquant deux heures avant. Juste un cachet. J'ai demandé au pharmacien de ne me donner qu'un cachet et de garder la boite pour d'autres cas. Mais il m'a indiqué qu'il ne pouvait pas. Je lui ai fait part de mon étonnement quant au fait qu'il me faille aller dans une pharmacie juste pour un cachet pour un examen à l'hopital. J'ai proposé que ma boite de cachet soit donnée à l'hopital dans le service de médecine nucléaire pour les petscan puisuqe c'est le médicament qui semble etre prescrit. Mais non, impossible. Alors me voilà avec ma boite de beta bloquant à 10 euros la boite. Et une autre interrogation? En parrallèle du beta bloquant, on m'a fait prendre un valium pour passer le petscan. Mais là , je n'ai pas eu à aller le cherhcer à la pharmacie, je l'ai reçu à l'hopital et on ne m'a pas donné la boite entière, non juste un cachet...Imaginez ma frustration, je me retrouve avec une boite entière de beta bloquant qui ne me sert à rien et la frutration totale d'avoir eu un malheureux petit cahet de valium au lieu de la boite entière....alors naivement je me dis, mais pourquoi est ce qu'on ne met pas en place un autre système de conditionnement? Pourquoi ne livre t on pas les pharmaciens avec des médicaments mis dans des récipients en verre et desquels ils n'auraient qu'à extraire le nombre de cachets souhaités. Comme je l'ai connu en Allemagne lorsque j'y vivais dans les années 1985...à oui mais non pas de nostalgie, progrès, progrès, progrès.
De tout ceci, j'en tire une conclusion, c'est qu'il ne s'agit pas tant de checher des solutions parce qu'il y en a plein. la réalité c'est qu'il s'agit d'une vraie volonté, d'un vrai choix à faire de la part d enotre société.
Tant que la vie humaine se fera en addition à des profits ou en soustraction à des pertes ce type de solutions ne sera pas mis en place spontanément par les institutions quelles qu'elles soient.Les enjeux sont trop importants politiquement et financièrement.
Sommes nous pour autant coincés, pris en otage de ce fontionnement? Je ne pense pas. Pour peu que nous ayons, l'audace, le courage et la volonté de mettre en place d'autres façons de faire ou que nous nous joignions à des voix qui portent suffisamment haut et fort ce débat sur la place publique pour qu'un éveil des consciences s'opère.