Cher Ami, Cher Paquito, c’est avec regret que je dois t’apprendre que c’est la fin. Non pas la fin des haricots, mais la fin pour toi de ta présence dans mon corps. Et crois-moi, personne n’est resté aussi longtemps ! Presque 7 ans avec un P.A.C, beaucoup moins avec mon mari, Cher P.A.C, quel courage ! Quelle présence ! Et quel ennui aussi pour moi de voir cette cicatrice, cette boursouflure tous les jours. Encore une piqure de rappel. Mais voila, le temps a passé et ton inutilité grandissait, pourquoi te garder depuis toutes ces années ? Comme un Parachute disait mon hémato. Au cas où. Tu comprendras que cela fait deux ans que j’insiste en demandant ton départ, ton licenciement pour place inutile, je veux retrouver l’intégrité de mon corps, tu dois partir c’est un fait. Non je ne regrette rien.

Alors je te prépare en douceur. J’ai vu le chirurgien. Il s’appelle Vaillant, j’espère qu’il va l’être, surtout après l’intervention si j’ai eu mal comme à la pose dont je me souviens encore. Parce que Paquito, ma crainte est que tu ne sois un peu collant (c’est normal, tu es masculin). A ce chirurgien qui m’a demandé si je supportais la xylocaine, j’ai failli répondre : « si tu savais tout ce que j’ai supporté mon gars…» mais bon, je me suis ravisée. Je vais lui faire confiance. Je n’ai pas tellement le choix. Même pas peur (ok, j’ai fait de la sophrologie).

Encore quelques jours ensemble, profites-en, tu ne vas pas en retrouver une comme moi aussi patiente. Merci quand même, j’ai pu aller à la piscine. Je me rappellerais des nombreuses transfusions que tu as facilitées et grace auxquelles je suis là aussi.

Alors tu ne m’en voudras pas de me sentir plus légère après, un P.A.C en moins, c’est un pas de plus...

 

Marina

 

Retrouvez les autres posts de Marina sur son blog

Commentaires : (9)

Portrait de kitty

Bonjour
quel bel article.
Cela fait trois ans que j'ai mon paquito. on ne parle pas de me l'enlever. Bizarrement je ne demande rien. Peur peut-être que l'on me dise pourquoi on ne me l'enlève pas. Peur de l'entendre certainement. pourtant ce n'est pas bien mon genre d'avoir peur. Mais voilà!! alors je le garde avec moi. il est là et me rappelle que la vie ne tient qu'à un fil.
pour moi le cancer a été révélateur. Il a tout changé dans ma vie. un an sans travailler pendant lequel j'ai suivi une formation d'écrivain public. j'ai également présenté mon roman à un concours et j'ai gagné, il a été publié. les amis aussi ont changé. je pense qu'ils avaient peur, que je leur renvoyais une image qu'ils voulaient exorciser. Pourtant ce n'était pas si terrible... j'ai toujours ri, j'ai toujours fait plus qu'il ne fallait et je me surprends certains jours à avoir oublié...mais je parle je parle....j'en ferais un roman...j'espère pouvoir échanger avec vous tous car parfois je me sens un peu seul avec mes souvenirs. j'ai repris mon travail et j'ai l'impression d'avoir été lachée dans la nature...à bientôt

Portrait de oneel

bonsoir
ce pac, je l'aime et le déteste à la fois....il est dans ma chair, avec ce tuyau(dans le jargon médical on l'appelle le macaroni!) qui est si près de mon coeur!!! cette cicatrice avec ce rond si parfait qu'on dirait un bouton ou une valve pour me dégonfler comme les piscines en plastique!! cette cicatrice que l'on ne voudrait plus voir dans mes décolletés, ce signe distinctif que j'essaye d'apercevoir lorsque je marche sur la plage sur d'autres femmes en maillot de bain, signe de reconnaissance, de l'appartenance au clan des cancéreux...et pourtant, que de douleurs, de piqûres en moins, alors là, oui je l'aime avec le patch anti-douleur dessus pour affronter les cures de chimio, d'herceptin,il vit en moi depuis 2 ans déjà, c'est long et court à la fois...je n'est pas connu la violence de la pause car j'étais dans les bras de morphée quand on m'a enfouie cette chose si sophistiqué juste au dessus de mon sein gauche, là où une tête d'un amant ou d'un enfant vient s'appuyer ou s'endormir...sacré PAC!!!

Portrait de pattochhe

bonsoir
s'est la première foie que je me met a témoigne du cancer de mon mari en fait il en était au troisième il était traite depuis 2007 il est décédé il y a 21 jours je ne travaillé que deux heure par jours pour être avec lui prêt de lui et avec lui. cancer base arriéré langue ,et œsophage avec récidive 2009 on lui a retire l’œsophage et 2010 -2011 trachée au mois de mai on nous annonce qu'on avait fait le tour des traitement.On lui a mis prothèse trachéal .il ne pouvait plus mangeait ni boire ont lui a dit qu'il pouvait aller dans une maison de soin palliatif ou rentrer a la maison .Je lui avais dit que j'irais jusqu'au bout .il est partis d'une hémorragie tumoral très impressionnant il a perdu connaissance de suite je suis effondrée je me sent vidé la seul chose qui me soulage s'est qu'il est vu nos enfants la veille et tout aller bien le matin aussi il ne sais pas vu partir il n'a pas souffert il est mort a la maison avec moi .Mais pour moi son absence est innommable il me manque chaque jours qui passe est de plus en plus dur je ne voulais pas vous mettre le morale a zéro merci

Portrait de percenval

Marina narre toujours avec humour et talent son combat;
Après s'être séparé de son mari, la voici qui se dépacse et c'est tant mieux.Quand on vous en débarrasse du Pac c'est un indice de guérison
Quelques remarques en connaisseur
-la notion de PAC n'existe pas et dans la nomenclature sécu il faut lire implantation d'une chambre à visée thérapeutique.Un petit lit d'appoint en somme
-même si on peut parler de boitier pour masculiniser l'engin , il n'est pas collant et son ablation sous anesthésie locale est simplissime.
Et puis au delà on va pas trop sexualiser le cancer. on reste tous solidaires même si Eve aurait mieux fait d'avoir une gastro le jour ou elle a voulu croquer la pomme.Cela nous aurai éviter de quitter le paradis ( selon la légende...)
Moi j'ai pas d'utérus mais j'ai une prostate et j'aime la vie

nuitetjourtoujours

Portrait de ELEA

En vous lisant, je me dis que j'ai eu beaucoup de chance, la pose de MON PAC, s'est déroulée sereinement, avec anesthésie générale (sans l'avoir demandée d'ailleurs) lègère malgré tout, puisque je sentais la pression des doigts du chirurgien sur mon cou. J'ai ressenti une grande fatigue, mais le soir même j'étais de retour chez moi. J'écris ceci, dans l'espoir de rassurer les malades inquiets.

ELEA

Portrait de fabien38

Bonjour

Après l'ablation de mes ganglions sous les bras en 2008 et 2009, après que ma dermato puis le CHU de Grenoble m'ait fait perdre des mois à ne rien faire, j'ai fait un petscan "à l'exterieur", et je me suis pointé au centre Leon Bérard de Lyon avec le résultat.
C'est le jour des 10 ans de ma fille, le 23 mars.
La docteur a répondu "non" à toute mes questions;
"je vais m'en sortir?"
"J'ai des chances de survivre"
Et un "oui" à une de mes dernières questions;
"Est-ce que je vais mourir?"
Etc...
Elle m'a quand même proposé de commencer en urgence un traitement, que j'ai accepté, bien entendu.
Malgré la déprime, on pensait que si un traitement était proposé, c'est qu'il y avait quand même un espoir...
Et en 4 jours, on m'a posé un PAC.
Ma femme savait ce que c'était car sa nounou en avait eu un dans les années 90, son apparence l'avait traumatisé.
Cependant, on est en 2010, et l'aspect a bien évolué!

Le vendredi suivant, j'ai rendez vous pour la pose du PAC, on ne me donne pas le calmant; "inutile!".
Je me fait opérer à l'hopital tout neuf Jean Mermoz à Lyon.
Je poireaute quelques heures (pas facile lorsqu'on a été rajouté à l'arrache) et je me le fait poser.
Les piqures de xylo, ça fait un peu mal, c'est sûr, mais ensuite, on ne sent plus rien si ce n'est le toubib qui enfile son tuyau avec la même force que nous utilisons pour déboucher un wc bouché, par exemple!
Ça secoue dans tous les sens, ça fait pas trop mal, mais c'est aussi désagréable qu'un dentiste qui s'accroche à une dent pour l'arracher et qui n'y arrive pas (sous anesthésie locale, bien sûr!)
Puis on me dit "on a fait la radio, il est bien placé, c'est fini!"
Bizarre, j'ai pas vu l'appareil à radio être déplacé!
Mais on me montre la radio et le tube qui va au coeur!
Ouf!
Sous le pansement, on ne voit pas trop la bosse, on voit un peu le tuyau dans le cou, mais si peu par rapport à ce qu'on voyait il y a à peine 10 ans!!!
La cicatrisation se passe bien, et je suis heureux d'avoir cet "auxiliaire de vie" dans mon corps!
Je le surnomme MA PAC, ou MA Pile à Combustible, car elle permet d'approvisionner mon corps en Combustible pour aller cramer les mauvaises cellules!
C'est comme ça que je le considère, et je pense qu'il n'y a pas que les gens qui ont des "problèmes cellulaires" comme nous qui devraient bénéficier d'un PAC!
Quand on voit les dégâts faits par les produits lors de perfusions classique, que des fois, les dégâts sont présent dès la première injection, je me dit que j'ai du bol de ne pas vivre ça!
Et le fait que les produits aillent directement au coeur, ça veut dire qu'ils sont dilué dans le sang au meilleur endroit possible.
Non, franchement, mon PAC, j'espère le garder le plus longtemps possible, même si je préfèrerais qu'il ne soit pas utilisé!
J'ai terminé mardi dernier ma 4ième chimio (cisplatine, antiemetiques, déticène et eldisine) avec Zophren, bien sûr!
Je ne sais pas si c'est une chimio plus méchante qu'une autre, mais je la supporte très bien en ayant juste la même impression qu'un lendemain de festin, une sensation de "mal au foie". Ma tumeur (ou était le grain de beauté) s'est bien dégonflée ainsi que les 4 nodules alentour. Deux ont disparu complètement.
Je refais un petscan le 18, et je vais savoir où j'en suis exactement.
En général, je ne fréquente plus les forums car je ne veux plus voir de témoignages qui finissent mal et qui brisent le moral. Et avec le mélanome, il n'est pas nécessaire de chercher bien loin pour se trouver une boite de Stillnox à avaler sans chercher à agoniser comme les autres!

Portrait de pizard annie

aprés deux poses infructeuse de pac en jugulaire je dois maintenant en poser un autre en fémoral j'avoue avoir trés peur mais les chimios orale ne donnent pas de résultat.
quelqu'un a t,il subit l'implant à cette endroit
merci pour la réponse

Portrait de aiglonne

merci pour ces deux commentaires sur le PAC : un intrus mais qui est là pour nous sauver.
Lors du premier rendez-vous avec l'oncologue (bon technicien mais aucune diplomatie)il m'a annoncé la couleur : chimio radio anti corps hormonotherapie comme si tout était normal. Il m'a litteralement fusillée et horreur totale j'étais obligée de me faire poser ce pac pour être soignée.Ca été la goutte qui a fait débordé le vase j'ai failli lui balancer son bureau dans la tête.
C'était une évidence totale pour lui, tout était normal!!!
Ca été brutal mais en même temps si j'acceptais la pose de cette chose celà signifiait que j'acceptais d'être malade et donc d'être soignée. Il a fallu faire le deuil de la vie d'avant cancer.
Comme le dit floyoyo c'est une intervention barbare avec douleur brutalité des gestes. On m'avait dit après la pose que je pouvais retourner bosser dès le lendemain bien sûr je n'ai pas réussi à me lever!!
le tube du pac a été implanté au niveau de la jugulaire donc visible. Mes filles ne supportent pas trop de le voir et c'est vrai que ce n'est pas toujours facile à regarder, mais je n'ai pas de commentaires négatifs de la part d'autres personnes.
Il m'empêche parfois de dormir, gratouille un peu, bref il ne se laisse pas oublier. Quand je suis fatiguée je le sens plus lourdement
Pour avoir assisté à une injection en périphérique sur une autre patiente je pense que malgré cette pose difficile c'est un confort pour les malades comme pour les soignants.
La dépose de cette boite me fait peur : peur d'avoir mal encore une fois, peur de ne pas avoir la force d'en faire poser un autre si besoin est...
Bref c'est un truc qui m'énerve mais en même temps j'ai été contente de l'avoir.

Portrait de Floyoyo

Je viens juste de subir l'implantation d'un PAC, une intervention barbare: douleur, violence des gestes. C'est un sentiment de répugnance que je ressens à le voir ou le toucher par mégarde. "zone interdite" sur ma peau, je refuse ce corps étranger qui s'impose, pulse, me déforme.
Je rêve de son retrait, mais ce sera sous anesthésie générale!