Dans les établissements, la logique comptable et réglementaire peut parfois faire perdre de vue l'objectif initial d'accompagnement et de soin. Exemple avec le dispositif d'annonce, qui ne doit pas se transformer en entretien balisé et codifié. La psychologue Florence Barruel plaide pour que malades comme soignants puissent laisser s'exprimer leur subjectivité.

La notion de qualité des soins est, dans notre contexte sanitaire structurel et politique, très souvent abordée sous l’angle des organisations et protocoles. En dehors de statistiques et de pourcentages de satisfaction, les aspects subjectifs et relationnels sont peu intégrés ou associés aux mesures qualitatives. Peut-on alors parler de qualité des soins en ce cas ?

Face à la nécessité de respecter les réglementations, et de se conformer à la logique comptable qui règne fortement dans nos structures sanitaires, l'urgence de "se mettre aux normes" se fait sentir avec force, devenant souvent une motivation d'action première. Cete dynamique s'accomplit régulièrement au détriment des objectifs initiaux et valeurs de base que ces normes étaient supposées servir.


Lire la suite ici

 

Avec notre partenaire

Commentaires : (3)

Portrait de mguitton

Je souhaiterai réagir à une émission "C a vous " du mardi 5 octobre où Mme Bachelot et Mme Carrère d'Encausse sont intervenues à propos de la qualité des soins.
Je suis un cadre de santé retraitée depuis 1 an d'un CHU et en collaboration avec l'équipe médicale et soignante, nous avons mis en place une consultation d'annonce d'un diagnostic grave.
Mais voilà, restriction budgétaire oblige, cette consultation a été assurée par moi (au lieu d'une IDE dédiée) faute de remplacement infirmier et à mon départ, n'étant pas remplacée pendant 2 mois, la consultation en l'état n'avait plus lieu.
D'autre part, la question de la chambre seule étant en partie éludée par Mme Bachelot, je pense simplement qu'elle n'a pas une idée précise du quotidien de certains services qui ne dispose que de 8 chambres seules sur 28 lits et qui doit accueilir des malades en urgence, programmés, en fin de vie, etc....
Etant moi même concernée par la maladie, je pense que la santé n'a pas de prix mais elle a un coût. Il ne faudrait toutefois pas lancer un plan "année 2011 - bien-être des patients si l'essentiel du fonctionnement des hôpitaux publics est une logique comptable sans précédent.

Portrait de Bançais

Pour moi j'ai fait deux hopitals le premier est un CHU un grand ensemble mais la j'ai pu constaté le manque de personnel ou l'on passe faire vos soins et c'est tout juste si l'on discute avec vous j'ai été oubllier plusieurs fois quand il me mettait dans le fauteuil une fois deux heures c'est mon gendre quand il est arrivé qui a été cherché une infirmière pour me recouché sous prétexque que je n'étais pas tout seul mais ça c'est pas mon problème, et quand j'ai été transféré à l'hopital de Mayenne la j'ai été pris en charge un hopital de proximité et eux il mon tiré de là je ne mangait pas je ne marchait pas et j'avais des escars aux fesses au dos et au pieds mais l'approche était plus convivial j'ai eu un kiné qui ma remis debout c'est la que j'ai retrouvé un moral d'acier et ma famille a mes côtés et quand vous avez de l'aide c'est beaucoup plus facile de s'accroché.

Bançais. R

Portrait de JULIEN

Bonjour
Nous sommes touchés comme beaucoup d'autres par cette maladie terrible et le départ d'un Humaniste culturel.
Mais avant toute chose mille mercis à ce Monsieur, qui nous a enchanté par sa grâce physique mais surtout intellectuelle.
Nous avons eu la chance de le voir au théatre dans les années 82/83 dans K2. Il n'y a rien d'autre à dire ni à écrire, il faut que nos médias nous diffusent cette pièce (s'il existe une captation !!!!)au plus vite, c'est le seul hommage sérieux et Humain sur cet Homme " d'une grande sagesse angoissée" qu'il savait retransmettre avec son jeu d'acteur.
Je suis à ce jour très heureux que ces médias fasse de lui l'exemplarité d'un Homme au service des autres pour apaiser leurs douleurs et les rendrent plus courageux devant cette terrible souffrance et du départ annoncé !!!
Fratennelles pensées à ceux qui liront ces quelques mots.
3J ...