apres un cancer du colon

Portrait de lalanne corinne

bonjour je m appelle corinne j ai 50 ans,j ai eu un cancer du colon il y a 1 an puis 6 mois de chimio et la,je suis en remission.on doit me placer un pace maker urinaire car j ai des problemes urinaire(sequelles dues a l operation du colon) mais mon principal souci est que je vis tres mal l apres cancer,pour moi c est encore plus dur que l annonce du cancer,je n arrive pas a remonter la pente,je suis tres fatiguee et je n ai envie de rien.il y a des jours ou ca va a peu pres et d autres ou je pleure presque toute la journee.mes proches sont tres presents mais ne comprennent pas forcement une

Fatigue, perte d’autonomie, surveillance nécessaire…Où aller lorsque on ne sent pas la force de rentrer chez soi  à la fin des traitements? La réponse en six points, avec la collaboration d’Emmanuel Buchot, responsable du service social à  l’Institut Gustave Roussy, à Villejuif, et Anne-Marie Briquet directrice Ile de France du Groupe Orpéa Clinéa.

La sexualité est bouleversée par le cancer, mais ce sujet si vital est encore peu évoqué dans les services d'oncologie. Que devient le couple après la maladie ? Le retour à une vie sexuelle épanouie est-il possible ? Tout est question d'envie, d'adaptation et de personnalités. Et de retrouvailles qui se préparent dès l'apparition de la maladie.

Elles jouent un rôle déterminant dans les services de cancérologie pédiatrique : relais dans le dispositif d’annonce de la maladie, formatrices des parents en consultations d’éducation thérapeutique et accompagnantes en post-traitement, les infirmières puéricultrices voient leur mission s’intensifier.

De nombreux malades en fin de traitement se plaignent de troubles de la mémoire. Le phénomène, peu connu à ce jour, est appelé chemofog [chemo pour chimio, fog pour brouillard] ou chemobrain [brain pour cerveau]. Si l’on ignore encore ses origines précises, il fait déjà l'objet d’une consultation spécialisée.


L’hôpital Saint-Louis à Paris et le Centre Gustave Roussy à Villejuif proposent aux patients en chimiothérapie un « atelier senteurs » animé par une professionnelle du parfum. Une approche singulière pour redynamiser ce sens souvent endommagé par les traitements et retrouver des raisons de savourer le quotidien.

Maryse Vaillant

Maryse Vaillant, psychologue et auteur de « Une année singulière » où elle raconte son cancer, témoigne de l’isolement dans lequel se trouvent nombre de malades après les traitements. Loin des villes et des réseaux d’aide, ceux-ci souffrent de ne plus pouvoir parler de leur maladie. Pour en finir de cette terrible solitude, voici ses conseils.

peut-on vivre avec la peur?

Portrait de catherine

Aujourd’hui j’ai lu un article qui a réveillé un sentiment que je connais bien : la peur. D’habitude les articles scientifiques sont plutôt annonciateurs de bonnes nouvelles : des découvertes, de nouveaux médicaments miracles à l’étude, des essais thérapeutiques prometteurs …. Mais pas cette fois-ci : en effet, des chercheurs canadiens ont découvert que la prise d' un antidépresseur connu , annulerait les effets d'un médicament prescrit en hormonothérapie (prescrit pour éviter une récidive de cancer du sein). Les chiffres sont alarmants. Et bien sûr, j’ai pris les deux …. Longtemps !