Certains malades font le choix de ne pas subir  la lourdeur des traitements anti – cancéreux : ils arrêtent leur chimiothérapie, refusent certaines interventions chirurgicales ou même des examens jugés intrusifs et douloureux… Comment  les soignants reçoivent-ils ces refus ? Des oncologues ont accepté de répondre.

Confronté à un diagnostic qui ébranle, on peut se retrouver à idéaliser son cancérologue, et à investir alors celui-ci d’une mission incertaine et surhumaine : sauver ses malades. Cette confiance aveugle n’est pas sans conséquence sur la relation médecin – patient.

Généraliste en plein Montmartre, à Paris, Dominique Delfieu est un médecin de « proximité » au sens le plus noble du terme. Récemment invité à participer à un colloque à l’Espace Ethique de l’hôpital Saint-Louis, il est intervenu sur le refus de soins en cancérologie. L’occasion de faire le point avec lui sur une tendance en hausse.

Pascal Foucher n’a toujours pas reçu la molécule de la dernière chance, le Pomalidomide, alors que le feu vert administratif lui a été accordé par l’Afssaps le 26 septembre… Depuis rien.  Où est cette molécule ? Pour faire pression et aider ce malade en bout de course,  signez la pétition.

histoire cancérologie, charcot

Saviez-vous que le rôle des hormones dans le cancer du sein a été démontré dès 1896? Et que dès le début du XX siècle, les débats sur la part de l'hérédité et du "tempérament" faisaient rage, tout comme ceux sur l'impact de notre mode de vie sur la santé? Jacques Rouëssé, membre de l'Académie Nationale de médecine, brosse une histoire de la cancérologie, qui, du diagnostic aux traitements, permet de mieux comprendre les enjeux actuels.

coup de gueule

Portrait de lecornu francois

L’ IPILIMUMAB est une molécule très efficace dans le mélanome métastasé (ASCO 2010) elle n’ a pas d’AMM mais on obtient l’ATU facilement pour chaque malade . Le problème est maintenant le blocage par le laboratoire américain BMS de la sortie de la molécule de ses murs. Sans doute des raisons obscures probablement financières…. Espérant une intervention de votre part pour redonner de l’espoir à de nombreux malades dont je fais partie.
Peut être qu'une communauté de malades peut faire pression sur le laboratoire BMS pour qu'il change d'attitude

Docteur Francois LECORNU

et le traitement..??

Portrait de Patrico75

Bah, je ne sais pas si ce post. va passer...!!!
Je suis Psychiatre, et effaré par la puissance des Labos...!!!
Il y a tout un ARSENAL thérapeutique (et je ne connais pas tout..!!),qui n'est pas utilisé.....
Psychothérapies...

Les malades atteints du cancer s’interrogent légitimement sur leur vulnérabilité face à la grippe A. La réponse à leur apporter fait en ce moment débat dans les centres d’oncologie. Si l’on s’achemine vers une vaccination massive des personnels soignants, la nécessité de vacciner ou non les patients est beaucoup moins évidente. Point sur la vaccination et sur l’accès au traitement par Tamiflu en cours de chimiothérapie.  

La grippe A guette et il est légitime qu’elle inquiète un peu plus les personnes déjà fragilisées par un cancer et sa cohorte de traitements. L’une des premières recommandations (d’autres viendront très vite sur ce site) est… de penser à épargner les autres. En cas de symptômes, appelez votre service d'oncologie mais ne vous y rendez pas. En effet, nombre de personnes en chimio peuvent subir une baisse de leurs défenses immunitaires. Evitons de les contaminer.

Envie de partager votre experience ? Réagissez au sujet.

Que disent vos oncologues sur la grippe A : vaccination pour qui ? quel traitement préconisé ?

Réagir sur le forum

En dépit des progrès dans la relation patients/médecins, il est parfois difficile de trouver auprès de la communauté médicale toutes les réponses aux questions que l'on se pose. Un témoignage de Roselyne, qui a eu deux cancers du sein à douze ans d'intervalle.