C'est la rentrée | la maison du cancer

0

La veille, nous avions révisé le cartable. Bientôt nous réviserons les leçons. Pour être à l’heure le matin, n’ayant pas confiance en moi, ma fille a réglé l’horloge de sa console de jeu sur 7 heures alors que l’école ouvre à 9 heures. A 7h30, elle avait ses chaussures aux pieds. « Tu sais ce matin, j’ai revu mes tables de multiplication et les temps de la conjugaison ». Cette jeune fille de 9 ans avait aussi posé les bols du petit déjeuner, sorti le beurre et la confiture. On ne sait jamais, mieux vaut gagner du temps un jour de rentrée. « C’est bien tout ça, mais tu as fait ton lit ? ; tu as arrosé les plantes ? ». En arrivant à l’école, je n’en pouvais déjà plus de tous ces cris de joies pour revoir ses copines et de l’excitation. J’aime la rentrée des enfants, car c’est aussi, il faut l’avouer, le moment où les parents retrouvent du temps pour s’occuper eux-mêmes. Je vais enfin pouvoir lire tranquillement et faire les boutiques. « Tu sais avec mes copines, on va faire un concours pour voir qui a le plus beau cartable.» Super. « Heu maman, pour mon goûter, tu n’oublies pas de me faire des crêpes ? » Evidemment, je suis obligée de lui rappeler que j’ai une vie aussi, que j’ai le droit de travailler. « Bien sûr chérie, et puis tu veux aussi qu’on aille acheter tes affaires scolaires après et que mon banquier m’appelle demain ? ». Voila, c’est formidable de voir un enfant heureux d’aller à l’école certains matins. Car moi aussi ce matin là j’ai fait ma rentrée. A l’hôpital. Juste après l’école, j’ai couru à la Pitié-Salpétrière refaire un bilan de biologie moléculaire. Ça dure peu de temps mais l’émotion créée par le fait de revoir une infirmière du début m’a fait pleurer. « Tu es belle », j’ai bien regardé : il n’y avait personne d’autres dans le bureau . « Il y a quelque chose en toi qui a changé » a-t-elle poursuivi. Oui, j’ai vieilli ! Non c’est la joie qui est revenue ; l’instinct de vie est sans doute plus puissant. On me l’avait dit : « vous savez, avait précisé une hématologue dans les premiers moments, certains patients sont transformés après ». Je ne l’avais pas cru mais c’est vrai. La joie revient toujours. A ce soir ma belle élève et c’est promis, on ne parlera que de « ta rentrée ».