Osteosarcome | la maison du cancer

0

Bonjour à tous et surtout bonne chance à tous ceux qui ont un cancer en ce moment. Je dis “chance” parce qu’il en faut. Il faut tomber sur le bon médecin, celui en qui vous aurez confiance. Celui qui vous donnera le bon traitement.

Personnellement j’ai eu de la chance mais après 6 mois seulement.

Les 6 premiers mois de ma maladie ont été une succession de malchance. Anéantie par l’annonce de la maladie, mes parents et moi, nous nous sommes laissés faire. On nous a dit de faire confiance, et même d’avoir une confiance aveugle envers les pontes (chirurgien+oncologue) de grands hôpitaux parisien. Résultat des courses: ma tumeur de 3cm en janvier en faisait 18 en juin; le ponte : il faut amputer votre jambe. 🙁

Et ma chance est arrivée. Mon père a eu THE info : il existe un chirurgien à Paris qui a pour habitude de “conserver les membres”. On le contacte, il accepte l’opération. Il me propose un autre service d’onco. J’accepte. C’est un petit service, une unité même. Une équipe formidable. Des médecins qui me considèrent, qui me regardent dans les yeux, qui me disent qu’elles vont faire leur possible. Le traitement est difficile, certes. Mais la perspective de garder le membre donne du baume au coeur. J’aurai par la suite des métas pulmonnaires et quatre opérations. Là encore, le chirurgien qui travaille avec l’équipe est un homme compétent. Pas prétentieux, compétent et même drôle. “Sans rancune ?” me lancera t-il à la suite d’une opération !!

J’ai appris, au fur et à mesure de mon traitment là-bas, que cette unité était “mal-aimée” par le monde médical (par les pontes justement, lol). Certains veulent même la fermer en profitant du départ à la retraite du chef de service. Pourquoi? Je n’ai pas de véritables explications encore aujourd’hui. Une journaliste m’a dit récemment que cette unité était une secte. C’est fou. C’est incompréhensible pour moi qui ai été si bien soignée. Pourquoi une telle hostilité à son égard? Question d’argent ? De pouvoir ? De machisme ?
Est-ce-que quelqu’un ici aurait l’amabilité de me répondre ? Un docteur, un administrateur, un journaliste ?

Pourquoi est-ce que j’en parle ? Parce que j’ai trop vu d’enfants qui n’ont pas eu la chance que j’ai eu. Je veux comprendre, merci.