Antioxydants : le vrai et le faux | la maison du cancer

0

Présents dans notre alimentation, les antioxydants apparaissent aujourd’hui comme une panacée dans la lutte anti-cancer. Mais comment s’y retrouver dans toutes les affirmations lues ou entendues ici ou là ? Le Dr Michel Lallement, chirurgien gynécologique et cancérologue, auteur des « Clés de l’alimentation santé », nous guide.

antioxydants-2_article-6202096

Les antioxydants constituent une classe de nutriments parfaitement définie

Faux. Sous ce mot, sont regroupées des molécules qui aident à lutter contre l’oxydation : vitamines, oligo-éléments, flavonoïdes. Cependant toutes ne sont pas antioxydantes, et certaines ne le sont pas toujours. On cite souvent, par exemple, les vitamines A, C et E comme de très bons antioxydants. Mais  « des études ont montré que la vitamine E en excès augmente les risques de cancer du poumon chez le fumeur, nuance le Dr Michel Lallement chirurgien cancérologue. De même le fer et le cuivre, par exemple, sont à donner au cas par cas, car ces deux oligo-éléments pris en excès peuvent être responsables d’un stress oxydant». Mais voilà, pas facile de savoir exactement de quel micro élément l’ on manque. Il faudrait pour évaluer correctement les besoins de chacun des examens très poussés et chers qui ne sont pas disponibles actuellement en routine ». En revanche, un test peu cher (une trentaine d’euros), pratiqué dans certains laboratoires permet de savoir si un individu possède ou non les gènes nécessaires à une bonne détoxication.

Par ailleurs, la prise de vitamine C, de zinc ou de sélénium (oligo-éléments dont nous manquons souvent) présente peu de risque.

L’oxydation a un lien avec la détoxification de l’organisme

Vrai. « Le foie est le principal organe chargé de neutraliser les toxines. Ce mécanisme produit des radicaux libres  : il s’agit d’un processus naturel et utile. Mais en trop grande quantité, ceux-ci deviennent néfastes (on parle alors de « stress oxydant ») et peuvent favoriser la cancérisation. Pour contrebalancer ce phénomène, une cascade de réactions enzymatiques naturelles se produit en permanence . C’est là qu’interviennent les antioxydants : ces molécules  « nourrissent » en quelque sorte les enzymes chargées de la détoxification , explique le Dr Michel Lallement ». 

Les antioxydants sont à manier avec précaution lors des traitements contre le cancer

Vrai. « En chimiothérapie, les médicaments utilisés agissent parfois grâce à des processus d’oxydation cellulaire, indique le Dr Michel Lallement. Prendre des antioxydants peut donc perturber cette action. De nombreuses études permettent de préciser quels antioxydants sont utiles ou au contraire néfastes en association avec chacune des principales drogues employées (1). Il en est de même  avec la radiothérapie, qui agit grâce à l’oxydation des cellules cancéreuses. En revanche, après les traitements, les antioxydants peuvent être consommés plus largement afin d’aider l’organisme à récupérer». On peut alors boire du thé vert, manger du chocolat noir (à plus de 70% de cacao), riches en flavonoïdes, consommer à volonté tous les fruits et légumes, qui contiennent chacun des substances irremplaçables pour notre santé : choux, épices, etc.

Les antioxydants sous forme de compléments alimentaires sont moins efficaces que dans les aliments consommés quotidiennement

Vrai. « Il existe des synergies entre les différents constituants d’un même aliment, ce qui renforce ses effets bénéfiques, confirme le Dr Michel Lallement.  Ainsi, une étude a montré que le lycopène, un caroténoïde contenu en particulier dans la tomate, était  moins efficace en extrait que dans le végétal entier. De plus, à dose alimentaire, les antioxydants ne présentent aucun risque de surdosage, ce qui n’est pas le cas des compléments alimentaires. » Toutefois, certains composés comme la curcumine (le principe actif du curcuma, aux vertus à la fois antioxydantes et anti-inflammatoires), le thé vert, les principes actifs des choux, peuvent être difficiles à consommer en quantité suffisantes au quotidien, dans ce cas la prise d’extraits peut être intéressante.

(2) Le site du docteur Michel Lallement www.docteur-michel-lallement.com

Pour en savoir plus

Michel Lallement, « Les clés de l’alimentation santé » aux Editions Mosaïque Santé