Qu'est-ce qu'on mange ce soir? | la maison du cancer

0

A quelques semaines d’intervalles, deux ouvrages abordent la question des régimes « anti cancer », avec des conclusions opposées. De fait, les études sur le lien entre nutrition et cancer sont rares, au grand dam des patients qui voudraient transformer leur alimentation en arme préventive contre la maladie.

thanksgiving-bounty

Le match David Servan-Schreiber / David Khayat est lancé dans les kiosques et les librairies. Le premier, professeur de psychiatrie à l’université de Pittsburg a réédité son bestseller Anticancer (Robert Laffont 2010) dans une version allongée et complétée. Le second, chef du service de cancérologie à l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière vient de sortir Le vrai régime anti-cancer (Odile Jacob, 2010). Les bonnes feuilles du premier ont été publiées dans Le Point ; celles du second dans Le Nouvel Observateur.

Conclusion : à part sur les vertus de quelques aliments : ail, curcuma, oignons, thé vert… les deux médecins tombent rarement d’accord. Viande rouge, fruits et légumes, poisson –  soit la base de notre alimentation quotidienne-  font l’objet de conseils différents. Pour l’individu soucieux de prévenir l’apparition de la maladie ou pour le patient, il y a de quoi perdre l’appétit. C’est un peu comme s’il devait faire un choix : se ranger sous la bannière DSS ou arborer les couleurs de Khayat, chaque auteur revendiquant bien sûr le caractère « scientifique » de sa démarche.

En position neutre, du moins on l’espère, dans cette guerre de l’assiette, on trouve les travaux de l’Inserm ou du réseau Nacre pour lequel il n’existe pas d’aliment anticancer. Selon Serge Hercberg, directeur de recherche à l’Inserm, il n’y a ainsi  « pas de recettes miracles mais des comportements alimentaires sains à adopter » : consommation régulière de fruits et légumes ou de poisson, nocivité de l’alcool etc… Difficile néanmoins de se contenter de ce consensus mou. Pour sortir de la confusion, des études complètes, objectives, au financement 100% public, seraient grandement utiles. En attendant ces travaux, une certitude : la bagarre fait les choux gras du marché éditorial.

Claire Aubé

Anne-Laurence Fitère, cofondatrice de LMC, interviendra sur ce sujet au journal télévisé de TF1 ce weekend.

Vous avez trouvé cet article intéressant ? Indiquez le aux autres visiteurs en votant pour lui :