L’effet Angelina Jolie se poursuit… | la maison du cancer

0

Dans la semaine où elle a subi une mastectomie préventive, au printemps 2013, l’actrice a incité tous les médias du monde à diffuser des informations sur ce thème jugé jusque-là difficile. Aujourd’hui, on mesure les conséquences directes de son acte : de plus en plus de femmes britanniques, notamment, sont allés se soumettre au test de dépistage génétique.

Une étude du très sérieux journal Breast Cancer Research rapportée par Google news (attention journal en anglais) montre à quel point la double mastectomie préventive subie par Angelina Jolie en mai 2013 – alors que l’actrice avait un risque de 80% de déclarer un jour un cancer du sein-  a changé le comportement de nombreuses britanniques. 

Ainsi , cet « effet d’incitation au dépistage » a été particulièrement élevé entre juin et juillet 2013 : dans 21 centres de dépistage du Royaume Uni, elles ont été deux fois et demies plus nombreuses que l’année précédente à faire une demande de test génétique. Et jusqu’en octobre 2013, le double.

« Quand Angelina parle, les gens écoutent » estiment les auteurs de l’article, invoquant notamment le fait que la beauté « glamour » de la star et sa vie de couple avec Brad Pitt montrait que l’on peut avoir une identité et une vie sexuelles, même après une telle intervention. «Cela a amoindri les peurs de beaucoup, et a constitué un véritable encouragement à se faire dépister pour ceux qui ne l’avaient jamais fait ». Ceci prouve combien l’information est essentielle en ce domaine.

Expliquer en quoi consiste exactement une mastectomie préventive, comme nous l’avons fait ici,  peut aussi faire la différence.