Le Parti contre le cancer s’invite aux présidentielles | la maison du cancer

0

Le professeur Victor Izrael, oncologue de son état, se présente comme candidat à la présidence de la république, au nom du Parti contre le cancer. Il dénonce toutes les insuffisances du plan cancer et s’indigne du manque d’oncologues face à l’augmentation de malades. Que penser de cette candidature hors norme ?

Alors qu’on ne parlait que des primaires socialistes, un invité surprise a fait irruption dans la campagne présidentielle : l’oncologue Victor Izrael,  à la tête du Parti contre le cancer.

 Ni une ni deux, je fonce sur le site internet du dit Parti.  Et je lis tout ce que nous les malades, appelons de nos souhaits depuis des années. Tous nos vœux pieux. En vrac : disposer de plus d’IRM dans tout le pays,  combattre les inégalités d’accès aux molécules innovantes,  améliorer les dispositifs d’insertion professionnelle, le retour et le maintien à l’emploi, accroître l’accès aux prêts et aux assurances, favoriser l’éducation nutritionnelle pour les plus jeunes, augmenter les moyens en recherche biomédicales, etc…Et le Pr Victor Izrael de pointer les insuffisances du plan cancer, mis en œuvre par l’INCA… dont il fut vice-président.

En tant que malade, nous ne pouvons que nous rallier à cette cause. Par cette candidature à la présidence, le cancer devient un véritable sujet de société.  Pour ce qu’il est, fléau parmi les fléaux.  Invincible encore trop souvent, handicapant par ses traitements lourds et sa cohorte d’effets secondaires, ravageur par son impact sur la vie au quotidien des malades. Alors je vote oui à toute initiative qui sonne un grand coup de clairon pour alerter sur l’ensemble de nos difficultés.

En tant que citoyenne, difficile de n’être pas un peu surprise par la démarche. Un parti contre le cancer fait figure de cheveu sur la soupe, là où il nous faut voter pour ceux qui auront la lourde tâche de nous sortir de l’ornière économique et sociale. Difficile de ne pas s’interroger sur les « vraies » raisons de cette candidature. Un coup de pub, orchestré par son comparse Jacques Séguela, pour l’association pour la recherche du Pr Victor Izrael …?

 En tant que co-fondatrice de ce site, je vais me permettre d’émettre un léger regret. Souvenez-vous. En mars 2010, nous ouvrions une rubrique intitulée « Nous irons tous à l’hôpital ». Un grand témoin : Bernard Giraudeau.  Alors que de notre côté nous faisions notre boulot de journalistes pour donner des informations concrètes sur la situation, Bernard Giraudeau clamait haut et fort : « on va dans le mur, nous avons de plus en plus de malades du cancer, et de moins en moins d’oncologues pour les traiter ! » Tous les grands médias lui ont alors tendu leur micro. Difficile de passer à côté de ce message porté par le comédien comme un ultime combat. Aujourd’hui, le Pr Victor Izrael dénonce la même chose.  Certains lui reprochent d’être corporatiste, de plaider pour sa paroisse, les oncologues. Nous, nous plaidions pour les patients, contre la déshumanisation des soins faute de moyens.  Pourquoi ne nous a-t-il pas rejoint il y a un an et demi pour appuyer  notre cri d’alarme  ? Pour une fois, patients et médecins se seraient alliés dans une cause commune pour faire avancer un débat indispensable.

Autant vous dire que notre alerte sur la dégradation présente et à venir des conditions de soins, entendue et confirmée par vous, internautes, n’a pas ému plus que de mesure… que, comme vous le constatez vous même, ces questions et d’autres sur la santé, ne sont pas franchement au cœur de la campagne présidentielle. Alors si cette initiative permet de les y inviter un peu, le temps d’un buzz qui fera à coup sûr « pschitt », pourquoi pas…

Anne-Laurence Fitère