Grand Corps Malade sur scène avec 24 enfants ! | la maison du cancer

0

Le temps d’une soirée, le 5 novembre prochain, le théâtre parisien du Rond-Point accueillera un spectacle original, « Volez les éléphants ». 24 enfants de 6 à 18 ans, atteints de cancer, seront accompagnés par le chanteur et slameur Grand Corps Malade. Leur challenge?  Jouer devant 900 personnes et soutenir ainsi l’association Sourire à la vie.

« A priori, un éléphant, ça ne vole pas ! » admet Solenne Eck, chargée de communication de l’association Sourire à la vie. « Et puis, pourquoi pas ? » ajoute-t-elle. C’est Loup, un petit garçon à l’imaginaire foisonnant, qui a inspiré ce titre, « Volez les éléphants ! », au spectacle de sa troupe de danse. La structure, située à Marseille, accompagne les enfants de la région Paca atteints de cancer . Son objectif ? « Maintenir l’enfant dans une vraie vie d’enfant, lui montrer qu’il peut encore faire des choses, jouer, sortir et même vivre des choses exceptionnelles , explique Solenne Eck ». Les enfants y sont coachés comme des sportifs pour améliorer leur mental dans leur traversée de la maladie. Les points communs de ces petits patients ? Un besoin de liberté et un engouement collectif pour les textes de l’artiste Grand Corps Malade. « Ils écoutaient beaucoup son album “3ème temps“. Ce qu’il dit leur parle » précise Solenne Eck.

Une rencontre féconde

Un jour, l’auteur de “A l’école de la vie“ est venu les voir. « J’ai entendu parler de l’association Sourire à la vie par le préparateur physique des enfants, raconte Grand Corps Malade. J’ai appris que ceux-ci disaient mes textes. Je suis donc venu animer un atelier de slam. Puis, je me suis vraiment investi dans le fonctionnement de l’association ». En décembre, ce parrainage est devenu officiel, et l’engagement de l’artiste a été scellé. « Je veux faire connaître les objectifs de l’association, déclare-t-il. J’essaye de trouver des fonds grâce à mon réseau… C’est important pour moi d’être utile ! Ensuite, les enfants m’ont parlé de leur spectacle et m’ont proposé d’en faire partie. Forcément, ça crée des liens ! »  

Un défi physique et artistique 

« Sur scène, les enfants vont s’exprimer avec leur corps, ce qu’ils n’ont plus l’habitude de faire rappelle Solenne Eck. Certains sont en rémission, d’autres en plein traitements, quelques-uns en soins palliatifs. » Si tous ont  été suivis par une équipe soignante et un préparateur physique, leur venue à Paris est en elle-même un défi.  «Avec la maladie et ses dangers, constate Solenne, beaucoup d’enfants avaient même oublié toute idée de voyages ou de vacances ! ».

Ce spectacle est selon Grand Corps Malade « un bonheur partagé à venir ». « Ils vont danser, dire quelques-uns de mes textes  (“Jour de doute“, “Les lignes de la main“, “J’attends“), et chanter, se réjouit l’artiste. Ce sera une soirée pleine de vie et d’énergie ». A  propos de la maladie, celui  qui a pris ce nom de scène si provocant parle d’identification : « Moi qui pendant des années ai été « prisonnier » d’un centre hospitalier, je peux imaginer ce qu’ils vivent à l’hôpital. Je connais la privation de liberté. »(1) Aussi peuvent-ils échanger sur cette expérience commune. « Ces enfants m’apportent autant que je peux leur apporter, affirme l’artiste. Et au-delà de l’aspect humain, formidable, je veux mettre l’aspect artistique en avant car  ils ont vraiment travaillé comme des fous pendant un an ! Ils donnent une belle leçon de vie, une leçon d’humanité. »

Dans le dessin animé Dumbo, un corbeau chante : « Ces petites bêtes ont de la défense. Mais j’en resterais comme deux ronds d’flan de voir voler un éléphant. » Avec au programme de la danse, du hip-hop, du chant et des slams… les spectateurs risquent en effet de se retrouver bien ébahis par tant d’énergie.  

Marina Lemaire

Pour en savoir plus

(1) L’artiste vient de publier un récit intitulé « Patients ». Il y raconte son parcours (A 20 ans, il a sauté dans une piscine et s’est déplacé des vertèbres…) éd. Don Quichotte. 168 p. 15 euros.

Le spectacle

L’association Sourire à la vie:  Fondée par Frédéric Sotteau en 2006, l’association accompagne chaque année plus d’une centaine d’enfants malades en organisant de multiples activités sportives et artistiques.