Le diagnostic express s’étend | la maison du cancer

0

Afin d’éviter la longue attente et l’anxiété liées aux résultats des examens, un service express de diagnostic du cancer du sein fonctionne depuis 4 ans à l’Institut Gustave Roussy à Paris. Pour 75 % des femmes qui en ont bénéficié, le diagnostic a pu être fait dans la journée. Fort de ce succès, l’IGR vient d’instaurer une nouvelle journée de dépistage rapide.

 

Ne pas savoir, espérer, désespérer sans savoir… Une fois qu’on est rentré dans le cercle infernal des examens, l’attente des résultats est l’une des étapes les plus difficiles à supporter. Quinze jours voire plus peuvent s’écouler entre le moment de la découverte d’une grosseur suspecte dans le sein et celui, fatidique, du diagnostic. Pour diminuer stress, angoisse et questionnement chez les patientes, il fallait une unité de temps et de lieu. Elle est mise en place depuis 4 ans, à l’IGR de Paris : les femmes y sont prises en charge tous les lundis, pour une journée où tous les examens nécessaires sont regroupés. Depuis 2006, 9 000 femmes ont bénéficié de ce « diagnostic en un jour ». Dans 75% des cas, le diagnostic a pu être établi dans la journée. 45% de ces femmes sont reparties avec un diagnostic de cancer. 

Devant l’efficacité de ce service, le Docteur Delaloge, initiatrice du concept,  a décidé d’ouvrir à compter du 28 septembre dernier une deuxième journée, le mardi. Cette nouvelle journée express du mardi est spécialement dédiée aux cas plus spécifiques qui relèvent d’une certaine urgence (femmes enceintes, tumeurs de grande taille ou inflammatoires).   

Comment se déroulent ces journées ?

Dans un premier temps, la femme pour laquelle il y a eu, après un premier examen de dépistage, une suspicion de cancer prend rendez vous à l’IGR. Il faut compter en moyenne une dizaine de jours pour obtenir une place. Puis, selon les indices repérés par le secrétariat lors d’un questionnaire d’accueil détaillé, elle est reçue pour une première consultation avec un médecin oncologue ou un chirurgien. Celui-ci planifie les examens à effectuer dans cette seule et même matinée : mammographie, échographie, cyto-ponction sont faites sur place par des radiologues et des cyto -pathologistes bénéficiant des appareils les plus sophistiqués. En cas de doute sur la malignité, lorsque la cyto-ponction n’a pas suffi à établir le diagnostic, une biopsie est également réalisée sur place et tout de suite sous contrôle échographique. Dans ce cas, malheureusement, il faudra quand même attendre 10 à 15 jours pour obtenir le résultat.  

Dans l’après-midi, la patiente est reçue à nouveau par le médecin rencontré le matin afin de recevoir le diagnostic.  En cas de cancer, un protocole de traitement est immédiatement proposé et mis en place. Ainsi, la patiente peut repartir chez elle avec une date d’opération ou un premier rendez-vous planifié de chimiothérapie à l’Institut Gustave Roussy.

Tout au long de ce parcours, un infirmier coordinateur accompagne, explique, rassure. Les Blouses roses, des bénévoles de l’association ALH (Animation Loisirs à l’Hôpital) ponctuent la journée de petites attentions non négligeables (café, journaux, écoute …). Si besoin, un psychologue peut se déplacer immédiatement pour recevoir la patiente ou ses proches.

Modalités pratiques

Ce protocole est pris en charge par la Sécurité Sociale dans le cadre d’une hospitalisation de jour. Seule une petite somme correspondant au ticket modérateur est demandée.

Il a été mis en place afin, essentiellement, d’améliorer la prise en charge psychologique des femmes. Il a été rendu possible grâce à l’investissement des équipes et des différents spécialistes qui travaillent de concert. Peu d’hôpitaux européens la pratiquaient jusque là (Royaume Uni, Suède, Hôpital Américain à Neuilly) et aucun à grande échelle.

Catherine Cerisey

Pour prendre rendez vous pour « le diagnostic en un jour » :  01 42 11 64 33