Quel ami être avec celui qui vient d' être diagnostiqué ? | la maison du cancer

0

Sous le coup d’ émotions fortes , vous pouvez être tenté d’en faire trop : vouloir parler sans cesse de sa maladie, le sur-rassurer à outrance, ou prêcher ce que devrait absolument faire ce nouveau malade dans votre entourage. Attention, cependant, une malade nous explique le pire et le meilleur qu’elle ait entendu en la circonstance.

amitie_article-2158331

Liza Palmer est une jeune auteure qui vit à Los Angeles. Il y a deux ans, elle a été diagnostiquée avec un cancer de la thyroïde. Une situation qui a provoqué évidemment beaucoup de remous dans ses relations amicales, notamment parce que, dit elle, ” ses amis ne savaient plus quoi dire ni comment se comporter” . C’est en pensant à tous ceux qui se trouvent ainsi  embarrassés qu’elle vient d’ écrire un article fort instructif dans Time ( attention article en anglais)

Voici les recommandations importantes qu’elle vous fait si l’un de vos amis est malade :

Écoutez le et suivez le seulement la ou il veut vous emmener 

” quand je voulais parler du cancer, je le faisais. Quand je ne voulais pas, je m’abstenais” explique Liza Palmer. Une manière de dire aux proches que ce ne sont pas eux qui doivent décider de faire mention de la maladie dans une conversation. La personne atteinte est entraînée dans des vagues émotionnelles et son état d’esprit est très changeant’ .Si elle semble préférer parler de  difficultés à son travail ou du dernier bouquin qu’elle a lu, c’est sans doute qu’elle a besoin de prendre un peu de vacances par rapport à cette triste nouvelle qui vient de la frapper. Ne lui remettez pas le nez dans cette affaire si elle souhaite s’en éloigner pour l’instant…

Préparez vous au plus étrange

“Apprendre qu’on a le cancer est l’événement le plus surréaliste qui soit” écrit Liza Palmer. Aussi celui qui en est atteint peut changer de caractère, de goût, faire des choses qu’il n’aurait même pas imaginées auparavant…alors si vous êtes son ami, autorisez le à vivre ces changements sans le juger. S’il n’a pas l’air abattu ou triste, ne vous en étonnez pas…bref laissez le ressentir les émotions qu’il souhaite traverser sans le juger.

Ne prêchez pas

Il y’a ceux qui savent mieux que vous, et vous disent ” a ta place, je pratiquerais telle méthode de méditation”  ou “‘lire untel m’ a vraiment aidé.. Tu devrais essayer de trouver la joie” Liza Palmer s’en méfie car eux ne sont pas passes par la même épreuve qu’elle… alors qu’auraient – ils a en dire ?

Si cet article est parfois dérangeant, il est aussi certainement très aidant. Pour les malades comme pour les proches.

Lire aussi notre article “À celui qui vient d’etre diagnostique”