Annick Parent: “Arrêtons la marginalisation des “Amazones”!” | la maison du cancer

0

A l’occasion de la sortie du film documentaire “Le Corps Amazone”, nous avons rencontré Annick Parent, fondatrice de l’association “Les Amazones s’exposent”, qui plaide pour la levée du tabou entourant la mammectomie. 

mur20copie-6765229

LMC: Quels sont les exemples de ce tabou que vous dénoncez?

Annick Parent: Dans les médias, la presse féminine ne parle que des femmes qui ont fait une reconstruction après une mammectomie, alors que plus de 3/4 n’en veulent pas. On trouve rarement des article sur les femmes qui n’ont pas eu envie de retourner à l’hôpital et d’avoir de nouvelles opérations, des cicatrices supplémentaires. Pas un mot sur la possibilité de reconstruction psychique sans chirurgie ni sur les femmes qui acceptent leur corps avec un seul sein, un corps asymétrique mais bien vivant, et que les conjoints ne cessent pas d’aimer pour autant.

A l’hôpital, si les différentes possibilités de chirurgie sont bien explicitées, il n’y a pas ou peu d’informations sur ce devenir asymétrique, ce qui donne à croire à celles qui n’en veulent pas qu’elles sont l’exception, une marginalisation souvent douloureusement vécue. Cette absence de représentation de l’Amazone fait partie des “violences surajoutées”, celles de la maladie étant incontournables. 

LMC: Quelles sont les actions de l’association pour lutter contre cette situation?

A.P. : Depuis notre création, en 2007, nous avons ouvert un site multilingue. Nous avons organisé des expositions de peintures, sculptures, photographies accompagnées de témoignages. Nous nous sommes mises en scène dans une petite vidéo visible sur YouTube. Un collogue a été organisé; les membres de l’association interviennent régulièrement lors de congrès médicaux ou lors de débats grand public. Un spectacle de textes dits par une comédienne a également été créé.

LMC: Constatez-vous des premiers effets de ces actions sur la représentation du “corps amazone” dans la société?

A.P.: Au bout de trois ans d’actions, le tabou commence à se fissurer: il y a eu un reportage au journal télévisé de France 3 en mars dernier, un témoignage dans le magazine Femme Actuelle du mois d’avril, un article dans le numéro de mai d’Oncomagazine. Nous recevons également des demandes d’intervention de la part des milieux associatif et médical.  En montant l’association, nous avions fait le pari que plus aucune Amazone n’aurait encore à entendre une phrase de ce type: “Vous vous rendez compte, vous allez voir ça tous les jours dans la glace!” Même s’il reste beaucoup à faire, nous nous rapprochons du but.

Propos recueillis par Claire Aubé

invitation20le20corps20amazone_article-3296601