Pour une qualité des soins qui intègre la dimension humaine | la maison du cancer

0

Dans les établissements, la logique comptable et réglementaire peut parfois faire perdre de vue l’objectif initial d’accompagnement et de soin. Exemple avec le dispositif d’annonce, qui ne doit pas se transformer en entretien balisé et codifié. La psychologue Florence Barruel plaide pour que malades comme soignants puissent laisser s’exprimer leur subjectivité.

La notion de qualité des soins est, dans notre contexte sanitaire structurel et politique, très souvent abordée sous l’angle des organisations et protocoles. En dehors de statistiques et de pourcentages de satisfaction, les aspects subjectifs et relationnels sont peu intégrés ou associés aux mesures qualitatives. Peut-on alors parler de qualité des soins en ce cas ?

Face à la nécessité de respecter les réglementations, et de se conformer à la logique comptable qui règne fortement dans nos structures sanitaires, l’urgence de “se mettre aux normes” se fait sentir avec force, devenant souvent une motivation d’action première. Cete dynamique s’accomplit régulièrement au détriment des objectifs initiaux et valeurs de base que ces normes étaient supposées servir.

Lire la suite ici

Avec notre partenaire

logospringer-9952734