Tenir un ” Journal créatif ® ” | la maison du cancer

0

D’origine québecoise, Anne-Marie Jobin est art-thérapeute. Elle combine dans son approche du  Journal créatif® –une marque déposée au Canada – écriture, dessins et collages, ces langages selon elle se complétant les uns les autres. Elle a créé une école (1) où elle enseigne sa méthode. Elle encadre aussi des ateliers de « Journal créatif », notamment dans certains services de cancérologie .

 

LMC : A la fois dans un cadre d’art -thérapie et celui de vos ateliers de « Journal créatif », vous travaillez  avec des personnes atteintes d’un cancer. L’approche est-elle différente avec celles-ci ?

AMJ : J’ai animé des ateliers de journal créatif en 8 à 10 séances de 2 heures chacun dans différents services d’oncologie.. L’approche générale est semblable à mes autres ateliers (8 à 10 séances de 2 heures chacune) , sauf que je choisis davantage de thèmes de travail en rapport à la santé, au corps, au stress, etc. La période d’échanges est généralement  un peu plus longue que dans un groupe régulier parce que ces patients ont besoin de davantage de support mutuel ; Mon objectif est de transmettre un outil de travail que les gens puissent ensuite utiliser chez eux ou lors de périodes d’hospitalisation. Le journal leur donne un espace d’expression accessible en tout temps. Son aspect ludique est aussi très relaxant et nourrissant.

LMC : Il semble que le Canada, et le Québec particulièrement, sont allés plus avant dans le développement des « soins de support » – dont fait partie l’écriture – en cancérologie. A quoi cela tient-il d’après vous ?

AMJ : Les écoles humanistes en psychologie sont plus développées ici que chez vous où la psychanalyse domine. Ces  approches humanistes et parfois combinant plusieurs courants se sont développées aux Etats-Unis. Comme nous sommes voisins, nous nous abreuvons à ces auteurs et ces écoles Je me retrouve plus aisément dans ces textes très concrets, très appliqués à des situations réelles, beaucoup plus pratiques qu’intellectuels Je crois que si les soins de support sont plus répandus ici c’est que avons développé plus d’outils concrets, mais aussi parce que ces outils ont été utilisés davantage et qu’ainsi leur apport a été démontré. Comme il a été prouvé scientifiquement que tout ce qui aide à réduire le stress renforce le système immunitaire, certains hôpitaux ont débloqué des budgets pour des « approches complémentaires ». On y offre des ateliers de relaxation, d’auto-hypnose, de visualisation, des groupes de support, etc. Les ateliers de journal créatif s’inscrivent dans cette démarche.

LMC : selon vous que peut apporter cette pratique?

AMJ : Une connexion régulière avec soi-même. Quand on prend une pause dans le quotidien pour ouvrir une page blanche et y déposer ses pensées, ses émotions, ses questions… on crée un lien avec sa vie intérieure, donc on a plus de chance d’entendre ce qui s’y passe, de sentir ce qui nous habite et ce qui a de la valeur pour nous… C’est la déconnexion d’avec la vie intérieure qui cause autant de stress et de malaises dans notre type de société. On agit selon un rôle ou selon des désirs qui n’ont pas de sens pour nous – ou pour ne pas sentir ce que nous sentons vraiment ! Donc on court et on s’essouffle, parfois jusqu’à la maladie. 

Une pratique comme celle du journal permet de ralentir la cadence, de se poser en soi pour prendre de meilleures décisions par la suite. Ce qui est spécifique au journal créatif, c’est aussi l’aspect expressif et… créatif. On laisse une trace de son parcours dans la matière, on a un fragment de la vie intérieure qui s’est exprimé, que l’on peut observer et avec lequel on peut ensuite interagir… Le journal est aussi très simple d’utilisation et très portatif, ce qui permet d’y accéder n’importe où et n’importe quand. La pratique devient comme une hygiène de vie qui peut avoir des répercussions très positives sur la gestion des émotions, la créativité, les projets, etc. C’est un outil très concret, ce n’est pas que se regarder le nombril ! Et si le résultat est de se sentir plus vivant, plus aligné sur ce qui a du sens pour nous, n’est-ce pas profondément satisfaisant ?

 Propos recueillis par Stéphanie Honoré

(1) « Le Jet d’Ancre »

A lire également : “Pourquoi tant de malades écrivent”

Ses ouvrages :

Le nouveau journal créatif (2010), Éditions Le Jour

La vie faite à la main : quête de sens et créativité
Fantaisie et gribouillis
, 85 activités créatives pour tous

Pour se procurer les ouvrages d’Anne-Marie, bénéficier de son enseignement et connaître son planning en France : 

http://www.annemariejobin.com

Vous avez trouvé cet article intéressant ? Indiquez le aux autres visiteurs en votant pour lui :