Gravir la montagne pour remonter la pente | la maison du cancer

0

On connait l’association « A chacun son Everest », créée en 1994 par le Dr Christine Janin, pour les séjours à la montagne qu’elle offre aux enfants malades. Depuis 2011, ces séjours sont également ouverts à des femmes en rémission de cancer du sein. L’objectif ? Retrouver confiance en soi après les traitements et se régénérer.

Située au pied du Mont Blanc, la maison « A Chacun son Everest » accueille chaque année d’octobre à mars des groupes d’une douzaine de personnes. Une opération orchestrée et menée en partenariat avec quelques hôpitaux dont l’Institut Curie et l’hôpital Saint-Louis à Paris, l’hôpital d’Annecy… Nathalie Lemée a fait partie des ces bénéficiaires et garde un souvenir très positif de ce séjour à la montagne. « L’hôpital où j’ai été soignée m’a proposé ce séjour. J’ai été très surprise car je n’avais rien demandé. Je ne savais même pas que ce genre d’associations existait. Je me demandais ce que c’était que cette colonie de vacances ! se souvient  la jeune femme ».

Entre sport au grand air et convivialité

 Randonnées, ski, escalade, massages, yoga, sophrologie, qi gong, thermalisme… les activités proposées aux bénéficiaires sont nombreuses et variées. « Au début du séjour, je croyais que je ne serai jamais physiquement capable de participer à autant d’activités. Et puis, finalement, avec le soutien du groupe, j’ai repris confiance et ce fut très libérateur, raconte Nathalie ».

Cuisinier professionnel, personnel médical et para-médical (infirmiers, médecins, masseurs…) sont là pour accompagner au mieux les résidentes. « Ce qui m’a vraiment étonnée, c’est l’immense bienveillance avec laquelle nous avons été entourées pendant toute la durée du séjour. Voir toutes ces personnes disponibles et dédiées à notre seul bien-être, c’est assez exceptionnel ! » Alors qu’elle traversait une période psychologique difficile marquée par la peur de la récidive, Nathalie Lemée est rentrée chez elle transformée. « Ce fut une véritable renaissance. Le fait de pouvoir partager avec d’autres femmes ce que je traversais a été salvateur ».

Cette expérience lui a également donné de nouveaux outils pour faire face à ses peurs. « Cela m’a permis d’intégrer l’expérience de la maladie. Aujourd’hui, même si la peur de la récidive survient encore de temps à autre, je ne la vis plus du tout de la même manière, conclut Nathalie Lemée ».

Entièrement financés par l’association, ces séjours ne coûtent rien aux participantes. Par gratitude envers ce qu’elle a reçu, Nathalie Lemée a cherché un moyen d’aider l’association à sa manière. C’est ainsi qu’est né le projet de la Cordée francilienne. Le principe ? Organiser une marche entre Paris et Chamonix pour faire connaître l’association et collecter des dons. « Un petit groupe de marcheurs sera présent sur l’intégralité du parcours, les autres nous rejoindront pour quelques étapes, explique Nathalie Lemée ». Le périple démarrera le 1er août par une présentation de l’événement à l’hôpital Trousseau à Paris. Ensuite, les participants  traverseront les villes de Sens, Tonnerre et Dijon, et feront une halte à Genève avant de franchir la ligne d’arrivée à Chamonix.

 Nathalie Ferron

Pour en savoir plus 

Du 1 eu 22 août prochain aura lieu la 13e cordée francilienne entre Paris et Chamonix. Une marche ouverte à tous qui servira à soutenir et à financer les activités de l’association « A chacun Son Everest ».

Pour vous inscrire  : http://lacordeefrancilienne.free.fr

Si vous souhaitez soutenir l’association sans participer à la marche, vous pouvez faire un don à l’adresse suivante : http://www.alvarum.com/cordee550