« Boule à Zéro » : La BD jeunesse qui décoiffe ! | la maison du cancer

0

En cette période où l’on parle du cancer des enfants, certaines œuvres sont d’utilité publique. C’est le cas de la  bande dessinée « Boule à Zéro ». Zita, une petite fille marocaine de treize ans soignée pour une leucémie, en est l’ héroïne. Le dessinateur Serge Ernst nous raconte la genèse du projet et la création d’une association nommée « 2000 BD ».

LMC : comment est née cette BD ?

Je suis dessinateur et j’avais envie depuis longtemps de faire une série sur le malaise des ados. Quand j’ai arrêté la série « Les Zappeurs » (éd. Dupuis), j’en ai parlé à Zidrou  -créateur de l’élève Ducobu – qui avait ce scénario en tête depuis une quinzaine d’année. J’ai été conquis par son histoire car elle faisait écho en moi : il y a une trentaine d’années, j’ai été confronté au cancer de la petite fille d’un couple d’amis. J’allais la voir régulièrement à l’hôpital. Elle a 34 ans aujourd’hui. Elle est guérie et vient juste d’être maman.

LMC : quel accueil avez-vous reçu ?

On a eu énormément de difficultés. Le sujet reste tabou. Dès qu’on prononce les mots « leucémie », « cancer », cela fait peur. C’était même paradoxal, car une dizaine de maisons d’éditions importantes m’ont dit la même chose : « elle est formidable ton histoire… mais jamais on ne la publiera ! ». Une grande maison d’édition pensait plutôt à film ! Finalement, ils ont été « désolés ». Les éditions Bamboo ont vraiment défendu et voulu ce projet.

LMC : l’humour, cela a –t-il a été déterminant ?

La crise joue aussi : les éditeurs veulent faire de bons choix. Le notre a été courageux. Et de fait, nous n’avons que des retours unanimes. Vendre 7000, 8000 BD, sur un tel sujet est une réussite.

LMC : vous abordez le racisme, la religion, le rapport au corps. Comment avez-vous travaillé ?

Zidrou est attaché à deux thèmes dont il parle très bien : l’exotisme (ndlr : le deuxième tome de la BD fait entrer une conteuse africaine à l’hôpital) et la mort. Pour adapter mon graphisme, je suis allé prendre la température au CHU de Toulouse. J’ai été autorisé, non sans difficultés, à faire des photos des lieux pour m’en imprégner.

LMC : quels retours avez-vous eu ?

On reçoit des mails et des lettres de remerciements de parents qui ont eu un enfant malade. Les associations nous disent aussi que la BD les aide pour en parler.

LMC : vous avez créé fin 2012 l’association « 2000 BD », quel est son but ?

Je me suis dit que ça serait bien que tous les enfants malades puissent avoir la BD. Elle les concerne. Pour moi, ils restent avant tout des enfants. J’ai d’abord pensé à rassembler des fonds pour la distribuer aux enfants atteints de cancer ou de leucémie dans l’ensemble des hôpitaux de France et de Belgique. Deux mille n’est pas un chiffre dû au hasard : c’est environ le nombre cumulé d’enfants concernés chaque année pour ces deux pays. Après coup, je me suis rendu compte de la difficulté : il faut trouver des donateurs ! J’ai contacté les laboratoires pharmaceutiques. Je repérais lequel avait sorti tel médicament pour les enfants et j’appelais. Ils ne m’ont rien donné. J’ai donc créé une association. J’ai eu de la chance, j’ai trouvé beaucoup de générosité autour de moi. Ma maison d’édition me donne 1000 BD pour 1000 BD achetées ! Chacun fait un geste… En France, j’ai signé une convention avec l’UNAPECLE (1) qui va en diffuser 1000 grâce à ses liens avec une trentaine d’unités d’onco-hématologie. En Belgique, c’est un donateur qui va les distribuer via un hôpital de Bruxelles. Et bientôt en Suisse.

LMC : est-ce une opération ponctuelle ?

Non. Je veux accompagner le don pour qu’il ne reste pas anonyme. Ça me fait plaisir d’aller voir les enfants malades dans les hôpitaux, donner la BD, faire des dédicaces, parler avec eux et raconter comment on fait une histoire. Dans l’absolu, on pourrait envisager d’autres opérations identiques avec d’autres auteurs.

Propos recueillis par Marina Lemaire.

(1) L’Union Nationale des Associations de Parents d’Enfants atteints de Cancer ou de Leucémie  

Le tome 1 de Boule à Zéro, « Petit cœur chômeur » est paru en 2012. Le tome 2, « Le gang des crocodiles » est sorti en janvier. 48 p., 10.90 euros.  Bamboo éditions. Le Tome 3 « Docteur Zita » arrivera en janvier 2014.

Le site de l’association