Une “chambre du futur” pour les ados hospitalisés | la maison du cancer

0

Sentiment de solitude, d’enfermement, angoisses … Une hospitalisation est une expérience difficile.  Pour la rendre plus supportable, l’Institut Bergonié de Bordeaux, centre régional de lutte contre le cancer, a équipé les chambres d’ados d’un système multimédia performant et entièrement gratuit.  

 

Tout est parti d’une demande persistante (de 2005 à 2008) des adolescents hospitalisés à l’Institut Bergonié. « Beaucoup de jeunes ne comprenaient pas que le centre ne soit pas doté de connexions internet, se souvient Gérald Carmona, responsable communication du Centre Bergonié. D’autres, un peu plus âgés, regrettaient également qu’aucun réseau technique ne puisse leur permettre d’accéder à leur boîte mails. Ils  étaient d’autant plus étonnés que l’établissement est  très attaché à l’innovation en matière de soin » .

L’idée d’équiper les chambres d’un système multimédia a donc fait son chemin. Aujourd’hui, celles du quatrième étage, accueillant majoritairement des adolescents, se sont donc toutes muées en « chambres du futur ». En plus du simple accès à Internet, elles proposent en effet un bouquet étendu de chaînes de télévision, de radios, des livres audios, des films à la demande, des jeux vidéo ou encore une web cam pour rester en lien plus directement avec sa famille, ses amis.

Autre enjeu : il fallait que ce service soit totalement gratuit. «L’installation coûte 1500 euros par chambre. Le projet a pu se concrétiser grâce aux dons d’associations, de donateurs. Nous recherchons encore quelques financements, mais d’après nos prévisions, l’ensemble de l’établissement devrait être doté du système d’ici à la fin de l’année », précise Gérald Carmona.

Une bouffée doxygène 

Ce dispositif  si attendu a bien évidemment remporté un succès immédiat auprès des jeunes malades. « Internet fait partie de leur culture, de leur quotidien. Y avoir accès à l’hôpital leur permet de se sentir un peu plus « comme à la maison », moins seuls, moins coupés de la vie extérieure, explique Gérald Carmona. Ils peuvent suivre l’actualité en direct, comme tout le monde.  D’autres apprécient le fait de rester en prise directe avec leur univers via leur messagerie personnelle ou professionnelle, leurs comptes bancaires. Pour une autre catégorie, c’est la web cam qui apporte une bouffée d’oxygène» . 

Les soignants, de leur côté, se sentent un peu moins démunis face au mal-être de certains patients. Ils observent également une évolution dans leurs rapports avec ces derniers. Les échanges se font plus facilement.  Quelques patients voient par ailleurs dans Internet un outil pouvant les aider à mieux comprendre leur maladie.  « Beaucoup ont demandé à avoir une liste de sites, de liens ciblés où trouver des informations médicales sérieuses, sur leur cancer, leurs traitements. Un phénomène que l’on avait peu observé jusqu’ici », note Gérald Carmona.

Une initiation au web pour tous 

Dans quelque temps, le système retransmettra également en direct sur les télévisions des chambres, les évènements culturels, pièces de théâtre et concerts, programmés à l’hôpital, pour tous ceux qui ne peuvent pas bouger de leur chambre.  Un réseau social sera aussi mis en place pour les enfants, leur permettant d’avoir un  « face book » sans danger et même de continuer à suivre des cours. 

Du côté des seniors, pas encore équipés, on est également de plus en plus impatient. « Certains ne savent pas se servir d’Internet, mais tous ont été très intéressés par le projet lorsque nous leur avons présenté », constate Gérald Carmona. Une autre idée a donc germé au sein de l’Institut Bergonié : former ceux qui ne connaissent pas le web au web. Quelques-uns d’entre eux voient déjà dans cette initiative, qui sera vraisemblablement lancée à la rentrée, un moyen de transformer la triste expérience qu’est une hospitalisation en une période un peu plus positive.

Céline Roussel

Pour soutenir le projet