Endomètre

0

Généralités
1. L’épidémiologie

L’incidence en France – la-maison-du-cancer.com est de 13,9/100 000 habitants.

2. L’anatomo-pathologie

L’adénocarcinome endométrioïde est le plus fréquent (75 à 80 % des cas). L’adénocarcinome mucineux représente 1 %, l’adénocarcinome séreux moins de 10 %, l’adénocarcinome à cellules claires 4 %, le carcinome épidermoïde moins de 1 %, le carcinome mixte 10 %. Il existe également des carcinomes différenciés et des carcinomes basaloïdes (proportion non estimée).

3. La Classification (FIGO 1988)

4. Le pronostic

Les facteurs pronostiques sont : le Stade FIGO, le grade histologique, l’infiltration du myomètre, le type histologique (cellules claires et séreux
sont de moins bon pronostic).

La survie à 5 ans est de 88 à 92 % dans les stades I, 69 à 86 % dans les stades II, 16 à 42% dans les stades III, < 5% dans les stades IV.

-Stade I : 88 à 92 %
-Stade II : 69 à 86 %
-Stade III : 16 à 42 %
-Stade IV : < 5 % [retour] Le traitement Les formes à risque faible, stade IA grade 1 ou 2, sont traitées par hystérectomie totale non conservatrice et n’ont pas de traitement adjuvant. Les formes à risque intermédiaire, stades IA grade 3, IB ou C, IIA et IIB, sont traitées par hystérectomie totale non conservatrice et prélèvements ganglionnaires iliaques bilatéraux, suivis de curiethérapie vaginale postopératoire à bas débit de dose, 50 Gy. Les formes à risque élevé, stades IIIA, B et C, IVA, sont d’abord opérées, hystérectomie totale non conservatrice, omentectomie et prélèvements ganglionnaires iliaques bilatéraux, suivis d’une irradiation externe pelvienne post-opératoire (accélérateur linéaire > 10 MV) de 45 Gy en 5 semaines suivis d’une curiethérapie vaginale à bas débit de dose de 20 Gy. La chimiothérapie adjuvante entre la chirurgie et la radiothérapie est à l’étude (épirubicine-cisplatine ou paclitaxel-cisplatine) dans les formes stade IIIC, IVA, ainsi que les types histologiques séreux ou à cellules claires.

L’hormonothérapie, progestérone (hydroxyprogestérone, médroxyprogestérone, megestrol), est active.

La radiothérapie exclusive associant une irradiation externe pelvienne de 45 Gy en 5 semaines et une curiethérapie utéro-vaginale à bas débit de dose de 20 Gy est réservée aux formes non opérables d’emblée pour des raisons liées au terrain ou en cas de refus de toute chirurgie par la malade.

Les formes métastatiques, IVB, sont traitées par chimiothérapie, même s’il n’y a pas encore de chimiothérapie standard. Un essai du GOG a montré que cisplatine plus adriamycine était supérieur à l’adriamycine seule, avec un taux de réponse tumorale de 45 % contre 27 %.

Les recommandations sont :

-Cisplatine-adriamycine en première ligne
-Paclitaxel en seconde ligne
-L’hormonothérapie (progestérone haute dose) donne 15 à 30 % de réponse et peut être proposée aux femmes âgées ou dans les cancers d’évolution lente.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici