mammographie | la maison du cancer

0

La salle d’infos : Enquête 230x129xdepistage_2lmc_appel-jpg-pagespeed-ic_-wzl3qv2puk-8514888

La Haute Autorité de Santé vient de conclure, dans son dernier rapport, à la non-pertinence du dépistage du cancer de la prostate par dosage du PSA. Une nouvelle fois, le débat sur les dépistages systématiques est ré-ouvert. Quels sont les arguments des détracteurs? Voivi une enquête pour faire le point.  

La Salle de soins : Traitement 230x129xanne_lesur_lmc_appel-jpg-pagespeed-ic_-cfqt2m2azv-5230689

Quel suivi mettre en place après un cancer du sein, comment gérer l’angoisse d’une récidive ? Anne Lesur, oncosénologue, médecin spécialiste au Centre de Lutte Contre le Cancer  et chargée de la coordination Sein au Centre Alexis Vautrin, à Vandoeuvre-les-Nancy, répond à nos questions.

La salle d’infos : Enquête

Pas simple d’aller passer une mammographie quand on vit dans une commune isolée. Les unités mobiles de radiologie, appelées « mammobiles », sillonnent les campagnes et permettent peu à peu de pallier à cette difficulté.

Afin d’éviter la longue attente et l’anxiété liées aux résultats des examens, un service express de diagnostic du cancer du sein fonctionne depuis 4 ans à l’Institut Gustave Roussy à Paris. Pour 75 % des femmes qui en ont bénéficié, le diagnostic a pu être fait dans la journée. Fort de ce succès, l’IGR vient d’instaurer une nouvelle journée de dépistage rapide.

La Salle de soins : Traitement

C’est la question délicate posée par le sénologue Dominique Gros dans la revue Oncomagazine. Après une erreur de diagnostic sur une patiente qu’il “aimait bien”, le médecin s’interroge sur les effets, positifs et négatifs, de la proximité relationnelle malade/soignant. Chacun ne préfère-t-il pas légitimement un bon médecin qu’un médecin bon?

La salle d’infos : Tribune

Dominique Gros, sénologue à Strasbourg, revient sur la façon dont sont vécues les mammographies, notamment lorsque le diagnostic n’est pas certain. Comment la phrase “Il n’y a rien mais il faut surveiller” est-elle être perçue par les femmes? Dominique Gros revient sur la manière dont un radiologue vit ces “zones grises” de son métier.